Alchimie invisible

par 17 avril 2019Art contemporain, Exposition

Les pigments naturels sont à l’honneur dans Transparences, la dernière exposition de la galerie ArtDynasty. Les oeuvres de Chantal Carrel dont la couleur est encapsulée dans de la biorésine font écho aux toiles et aux sculptures en cristaux de sel de Silvana Solivella. Ode au monde minéral et végétal.

Les oeuvres des deux artistes qui, toutes deux, affectionnent particulièrement les matières naturelles se côtoient dans une symbiose harmonieuse. Chez Chantal Carrel, elles sont prisonnières d’une résine naturelle que l’artiste fabrique à base de sucre. Cette résine est appliquée sur des panneaux en plexiglas puis les pigments viennent la colorer. Leurs provenances sont diverses, elles vont de la betterave rouge au curcuma. Dans une abstraction organique, ces nuances créent un jeu de lumière se projetant au mur.
Variation au cube, 2016.
On peut admirer d’autres reflets sur le mur avec Variation au cube (2016), une série de trois cubes composés de fragments de verre acrylique. Leurs ombres leur donnent une dimension architecturale, prolongeant ainsi leur existence au delà de l’oeuvre elle-même. Ces sculptures évoquent aussi la structure moléculaire des gemmes.

Cette allusion au monde minéral se poursuit dans les Larmes de sel et les Noeuds de sel de Silvana Solivella. Des petits cristaux de sel parent délicatement une structure métallique. La pureté de leur blanc et la manière dont ils réfléchissent la lumière insufflent un sentiment de grâce et de pureté, évoquant la fraîcheur de la neige qui vient de tomber.

Cette poésie hivernale se prolonge avec l’installation suivante: des sphères en verre soufflé agrippées au mur dans lesquelles s’agglomèrent parfois des cristaux de sel. Plus loin, une autre bulle posée sur un socle renferme hermétiquement des cristaux de sel dressés telle une stalagmite. Le verre sert d’écrin, les préservant de l’humidité et de l’oxydation, comme si le temps s’était arrêté. L’aspect de ces créations, avec leurs reflets holographiques, est à l’image de bulles de savon que l’on aurait soufflé et qui seraient devenues éternelles, comme pour évoquer la matérialisation d’un plaisir éphémère, la cristallisation de l’impossible.

Installation en verre et sel soufflé, 2019.
ST, 2017 et Noeud de sel, 2019.
Silvana Solivella utilise aussi des pigments naturels pour ses toiles. Sur des fonds aux teintes froides tombent les branches de saules pleureurs. Dans une abstraction végétale, celles-ci rythment la composition, créant ainsi une douce mélodie picturale.
En mélangeant l’univers de ces deux artistes, ce nouvel accrochage rend hommage à la beauté insoupçonnée de minéraux domestiques comme le sel et le sucre, mais aussi au monde végétal.

Transparences
A découvrir jusqu’au 13 juillet à la galerie ArtDynasty
Grand-Rue 23
1204 Genève
+41 22 310 21 03

http://artdynasty.ch/

Partagez cet article:

Plus d’articles

A table! (Part 4) Petits pois carottes

A table! (Part 4) Petits pois carottes

Quand les arts de la table s’invitent chez les artistes, la vaisselle s’accumule, on dîne verticalement, la soupe industrielle devient mythique et les bananes se changent en or. De Daniel Spoerri à Subodh Gupta, tour d’horizon des créations les plus mémorables. A table!

La prolongation de l’instant

La prolongation de l’instant

En mêlant sculptures, installations et vidéos, l’artiste japonais Taro Izumi imagine des oeuvres aux formes diverses repoussant parfois les frontières de l’absurde. Avec son ton malicieux, l’artiste décrypte notre société en de jouant ses codes fortement liés à l’image.

L’amour sauvera le monde

L’amour sauvera le monde

Dans ce climat hostile, où l’avenir semble incertain, il n’y a que l’amour qui puisse sauver le monde. L’amour, sous ses formes les plus diverses, incarnées par l’art et la création, pour ne pas paraphraser Dostoïvsky. Avec cette exposition, la galerie C nous invite à redécouvrir l’amour sous sa forme originelle.