Sélectionner une page

L’objet du désir: Douceur

par | 8 octobre 2019 | Home sweet Home, L'objet du désir

Un peu de douceur dans ce monde de brutes! Comme une envie de se fondre dans des compositions douces aux tons délicats, de baisers gourmands, de s’évader dans des nuages pastels… L’arrivée du vent et de la fraîcheur donne envie de se calfeutrer chez soi, dans un décor agréable et confortable.
Octobre: dorloter.

Bill Claps
Lotus Silhouettes, West Lake I, Positive, 2019
Médias mixtes et feuille d’or sur toile
100 x 75 cm
CHF 4’500.–

Laurent Marthaler Contemporary
https://laurentmarthaler.com

Christine Gaillard
Sans titre, 2011
Huile su toile
195 x 595cm
CHF 30’000.–
Art Bongard

Marta Zgierska
Selfkiss II, de la série Votive Figure, 2019
Impression directe sur papier Hahnemühle Photo Rag Pearl, monté sur Dibond.

Grand format 
Edition 1/3 + 2AP
130 x 92.9 cm
CHF 4’150.– hors taxes
Petit format
Edition 1/5 + 2 AP
80 x 57,2 cm
CHF 2’400.–hors taxes

Gowen Contemporary
http://www.gowencontemporary.com/

Viviane Rombaldi Seppey
Nurture, 2013
Collage d’Atlas, cartes et livre d’anatomie
39,4 × 54,6 cm
CHF 1’750.–

Dubner Moderne
https://www.dubnermoderne.ch/

Etti Abergel
Fragile / drawing object, 2019
Médias mixtes sur toile
205 x 140 cm
CHF 14’000.–

Galerie Mezzanin
http://galeriemezzanin.com/

Partagez cet article:

Plus d’articles

Cycle théâtral

Comme si elles occupaient une scène de théâtre, les sculptures à mi-chemin entre l’installation et la performance de Dorian Gaudin dialoguent entre elles. Chacune dans son coin, elles prennent vie lors de la venue d’un visiteur. Lever de rideau sur l’exposition Futurs flirts de la galerie pact!

Précieuses insertions

Feuilles d’or, poudre de diamant et encre noire, les ingrédients donnant naissance aux clichés de l’exposition Beyond the Photography sonnent comme une incantation. Les oeuvres de Russell Young et Bill Claps éveillent en nous l’envie de succomber à la tentation du précieux.

L’objet de la mémoire

Fétiches, utilitaires ou porte-bonheurs, les objets font partie intégrante de notre quotidien. Ils prennent vie grâce à l’intervention de l’artiste israélienne Etti Abergel qui les met en scène par le biais de ses installations. Tel un journal intime de son quotidien, ils symbolisent l’empreinte de la mémoire.