Sélectionner une page

Du jardin secret aux jardins célestes

par | 7 avril 2019 | Art contemporain, Exposition

On dit souvent qu’une image parle bien plus que des mots, mais sur les nouvelles toiles de Crystel Ceresa, ce sont les mots qui créent l’image. Plongée dans l’univers personnel et poétique de l’artiste suisse, pour un voyage entre ciel et terre.

Deux série d’oeuvres se côtoient dans ce nouvel accrochage au Club d’Art Contemporain de Lausanne. Nous sommes intrigués en premier lieu par ses colorfields. Sur la toile, les mots se bousculent, créant des rythmes colorés. Ce bruit typographique, serait-il cadencé par la musique qu’écoute l’artiste lorsqu’elle peint?
Au loin, les mots semblent esquisser des reflets à l’image des Nimphéas de Monet. Ils créent ainsi un paysage abstrait, tel un jardin secret. D’ailleurs ces mots fonctionnent comme un journal intime, dont on aurait gardé uniquement l’essentiel. Les mots sont répétés, martelés. Ils forment le miroir de l’humeur de leur créatrice. Ils reflètent ses pensées sur plusieurs années, comme dans California Rose dont la création a débuté en 2009 et s’est poursuivie jusqu’en 2014, pour être finalement encore modifiée en 2019.
Les mots se superposent, ils semblent parfois perdus dans une brume, ce qui donne une impression de profondeur. Cette superposition rappelle les différents plans présents dans les oeuvres impressionnistes. Ici, la perpective est déstructurée comme si nous nous trouvions dans un nuage.
California Rose, 209-2014, 2019.
Perséides, 2019.
Entrepic Desire, 2019.
Super Heroes, 2019
Sylphes, 2019
Sylphes, 2019
Morning Melody, 2019
Cette impression de flotter entre ciel et mer, nous la retrouvons dans la série Perséides. Le fond aux camaïeux froids est le fruit d’une prise de vue sous marine, sur laquelle est superposé un motif blanc évoquant les Perséides, des essaims de météore. Cette poudre d’étoiles filantes semble danser au dessus de l’océan. Les couleurs et motifs peuvent aussi nous évoquer des algues ou des végétaux.  
Nous sommes comme transportés dans un jardin céleste à la végétation cosmique. Après tout, l’Eden ne se situe-il pas dans les cieux?

 

Jusqu’au 4 mai

au Club d’Art Contemporain
Rue des Côtes-de-Montbenon 3
Les Garages 7. Flon
1003 Lausanne. Suisse

Partagez cet article:

Plus d’articles

Et… plouf! Olaf Breuning

Ambiance flower power à l’Hotel Standard de Miami. Lors de Art Basel en 2010, le spa Six Scents a mandaté l’artiste Olaf Breuning pour concevoir une installation. Faites l’amour, pas la guerre… dans le bassin froid extérieur du spa flottent 300 balles anti-stress en forme de seins et des centaines de fleurs en plastique.

La féérie du funèbre

Promenons-nous dans les bois… après le passage du loup! Une ambiance mystérieuse règne sur un lieu de désolation où le temps semble s’être figé dans une féérie funeste. A la lueur des guirlandes lumineuses, nous entrons dans l’univers onirique de l’artiste Christine Boillat.

Et… plouf! David Hockney

Comment ne pas évoquer A Bigger Splash (1967) de David Hockney dans notre chronique estivale? En véritable ode au style de vie californien, cette oeuvre magnifie l’architecture moderne de cette région, avec ces villas aux lignes épurées comme la Stahl House de Pierre Koenig.