L’apéro du Chat: Cosmopolitan

par 22 janvier 2021Art contemporain, Billet d'humeur

Vendredi 22 janvier 2021

En dégustant un cosmopolitan à mon bureau, j’admire la vue sur les immeubles Hausmanniens en face de chez nous. Je me souviens alors qu’il y a quelques jours, j’ai découvert avec stupéfaction une immense bannière bleue marine à l’effigie de Donald Trump accrochée à un balcon. En effet, mercredi 20 janvier était le jour d’investiture de Joe Biden. Heureusement, le lendemain la banderole avait disparu. Dire que j’ai mis exprès mon bureau devant la fenêtre afin de ne pas écrire face à un mur, m’y voilà au pied! Je ne peux donc pas échapper à cette propagande. Après tout, que peut-on changer aux Etats-Unis depuis la Suisse? S’il faut choisir un étendard revendicatif, je préfère de loin les drapeaux arc-en-ciel, prônant la paix et la tolérance, ou encore ceux réclamant la libération du Tibet. Vivant dans une ville cosmopolite que l’on imagine ouverte d’esprit, je n’aurais pas imaginé qu’elle serait aussi divisée en 2021. Entre le cousin négationniste, l’ex-collègue complotiste, je découvre la face plus sombre de certaines personnes de mon entourage. Heureusement, il reste l’art pour s’évader, et pour nous montrer des points de vue différents. Penser autrement c’est faire un premier pas vers l’autre, même si l’on ne partage pas les même opinions. L’art a cette vertu de rassembler des gens d’horizons différents et de les mener à réfléchir sur une problématique commune. Fiodor Dostoïevski avait raison, l’art sauvera le monde.

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.