Étendre le champ des possibles

par 27 octobre 2023À la une, Art contemporain

L’artiste américaine Christina Quarles réinvente le corps, gardant l’essentiel, gommant son appartenance à un genre ou à un groupe ethnique. Dans un ballet de techniques mixtes, les protagonistes interagissent entre eux et créent une dynamique traduisant leurs émotions. Cette scénographie dépasse les limites des stéréotypes dans lesquels on enferme bien trop souvent les individus.

Sur de grandes toiles, des corps polymorphes s’imbriquent dans des décors composés d’aplats géométriques. Loin des protocoles habituels propres à la peinture classique, Christina Quarles commence par esquisser une silhouette avec de grands gestes, qu’elle interrompt en cours de création. Elle cherche à nous faire vivre une expérience corporelle, sans la représentation formelle de l’enveloppe charnelle. En arrêtant ainsi son geste, elle prend du recul et imagine la composition dans laquelle elle pourrait placer ce fragment de corps. Dans son œuvre, c’est la silhouette qui dicte son environnement, alors elle photographie le dessin qui a pris forme sur la toile et crée un décor sur Illustrator, qu’elle reproduira en sérigraphie.

Rain Again, 2023
Restin’, 2023

Ce procédé est assez inhabituel, car si l’on se réfère à la peinture classique, on s’attaque habituellement d’abord au décor, puis au sujet. Bien que l’artiste utilise la technologie, on assiste ici à un acte de création pur. Elle se sert de cette dernière comme d’un outil, qui survient au milieu du processus de création, chose assez rare si l’on observe les méthodologies de travail des artistes ayant étudié avec le numérique. De cette manière, l’artiste nous livre une image oscillant entre spontané et étudié. L’esquisse jetée agrémentée de peinture acrylique contrastant fortement avec la sérigraphie plus figée.

Dans un élan expressif, la gestuelle prend le dessus sur la représentation académique. Christina Quarles dépasse les limites du genre en représentant des personnages souvent asexués. Leur position traduit une tension entre les corps, parfois même une contrainte. Ils se soutiennent comme ils se repoussent, ce qui crée des chorégraphies à l’image des relations humaines. Ces corps fragmentés racontent des histoires à la fois intimes et poignantes. Le décor dans lequel ces derniers évoluent se compose de plusieurs plans la plupart du temps séparés. Cette fragmentation fait écho au monde numérique qui ponctue notre quotidien. Parmi les aplats de sérigraphie, l’artiste incorpore la plupart du temps un plan réalisé à l’acrylique représentant un ciel apportant une dimension plus onirique au tableau. Ces paysages imbriqués créent une fenêtre sur le monde par laquelle on peut s’évader.

Jusqu’au 29 octobre
Hauser & Wirth, Illa del Rei, Menorca
https://www.hauserwirth.com

 

All They Seem, 2023
(And Tell Me Today’s Not Today), 2023
Cherry Moon (Just As Tha Darkness Got Very Dark), 2023

Partagez cet article:

Plus d’articles

Intérieur stellaire

Intérieur stellaire

Des agrumes évoquant le système solaire, un crépuscule civil révélant Vénus… L’artiste bernois Gian Losinger nous immerge dans un calme baigné de douces lumières, où les petits riens du quotidien sont sublimés.

Pascal Vonlanthen, Prix solo artgenève – F.P. Journe 2024

Pascal Vonlanthen, Prix solo artgenève – F.P. Journe 2024

Mercredi soir, la manufacture F.P. Journe a décerné le prix Solo artgenève –F.P. Journe à Pascal Vonlanthen, représenté par la galerie Lovay Fine Arts. À chaque édition, la manufacture récompense la meilleure exposition monographique.

Valkyrie Mumbet, ou hommage à la liberté

Valkyrie Mumbet, ou hommage à la liberté

Les Valkyrie, sculptures monumentales de Joana Vasconcelos, rendent hommage aux femmes et à l’artisanat propre à chaque culture. Pour cette douzième édition d’art Genève, la galerie Gowen contemporary a décidé d’y installer Valkyrie Mumbet, en collaboration avec Indosuez Wealth Management et Harsch.