Conversation impossible: Vantablack & The World’s Pinkest Pink

par 14 avril 2020Art contemporain, Conversation impossible

D’un rose flamboyant ou d’un noir profond, la guerre des couleurs n’a pas d’odeur! Lorsque le Vantablack, un pigment noir destiné à un usage militaire accorde uniquement à Anish Kapoor son usage artistique, Stuart Semple crée Le Rose le plus Rose du Monde, un pigment disponible pour tous à l’exception du père de Dirty Corner. Laissons de côté leurs créateurs, pour se concentrer sur ces deux nuances aux tons provocateurs. Conversation impossible.

Vantablack: Bonjour, rose flamboyant. Le fait d’être accessible à tous et de passer de pinceau en pinceau ne fait-il pas de toi une couleur frivole?

The World’s Pinkest Pink: Bonsoir, sombre teinte. Bien au contraire, je réfléchis la lumière. Je symbolise à ma manière la joie et le partage. Grâce à mes atomes de fluor, je suis le rose le plus lumineux du monde et je contribue à la création de nombreux artistes, sauf bien entendu à celle de ton propriétaire Anish Kapoor.

Vantablack: Il ya a bien d’autres couleurs qui contiennent du fluor. Tu n’es donc pas si exceptionnelle que tu le penses. Moi, contrairement à toi, je suis unique en mon genre! J’ai été conçue par la société NanoSystems en 2014. Mon noir absorbe 99,995% de la lumière. Je suis le noir le plus noir du monde! Avec cette particularité, je ne peux que correspondre au travail de mon propriétaire. C’est d’ailleurs l’essence même de son oeuvre. Cela fait partie du concept des futures oeuvres de Kapoor d’être conçue avec une matière unique jamais appliquée aux Beaux-arts. Son obsession pour l’aspiration et le noir absolu ne date d’ailleurs pas d’hier.

TWPP: Je trouve cette démarche un tantinet égoïste. N’oublions pas que le bleu de Klein a aussi été conçu en laboratoire. Toi, Vantablack, tu n’es pas la première couleur, fruit d’un long labeur de recherche scientifique, à être introduite dans l’oeuvre d’un artiste. Yves Klein avait fait appel à un chimiste, comme mon créateur Stuart Semple, afin de concevoir un pigment sur mesure. J’ai aussi trois petits frères, prénommés Black 3.0, le petit dernier né en 2019, The greenest green, Black 2.0, et deux petites soeurs The world’s most glittery glitter et Color-changing Shift paint. L’utilisation de toute ma famille, tout comme la mienne, est prohibée à Anish Kapoor. Les inclinations de ton propriétaire sont bien loin de la philosophie de Semple, qui, par réponse à ton appropriation, a décidé de partager sa découverte avec tous les artistes. La démarche de Kapoor est plus proche de la conception d’un produit, dont les composants seraient brevetés.

Vantablack: Je suis fier d’être le moteur de création des dernières oeuvres d’Anish. Elles seront d’ailleurs présentées à la biennale de Venise l’année prochaine. Je rendrai ses installations absolument uniques et nul autre n’obtiendra un effet aussi sombre sur la surface d’une sculpture, au point qu’elle disparaîtra, tel le tour de magie d’un prestidigitateur des temps modernes. Avec ma composition avant-gardiste, je ferai parler de moi, au delà de l’utilisation industrielle qui m’était initialement destinée et je rendrai inoubliable les oeuvres de mon propriétaire.

TWPP: Alors c’est donc cela! Tes propriétés dues à tant d’années de recherche n’auront eu pour but que d’assouvir la soif de gloire d’un seul homme, comme s’il n’était pas déjà assez célèbre!

Vantablack: Il faut toujours faire parler de soi, pour ne pas faire redescendre sa cote. Le marché de l’art pousse inéluctablement les créateurs à faire le buzz, afin de continuer à exister. Ainsi soit-il.

The World’s Pinkest Pink (2016)

Vantablack (2014)

 

The world’s most glittery glitter (2017)

Black 3.0 (2019)

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.