Dernier paysage

par 16 juin 2022Art contemporain, Essais & littérature

Texte inspiré par la série de peinture Dernier paysage de l’artiste suisse Sébastien Mettraux.

Dans une atmosphère post-apocalyptique se dessinent les derniers paysages de notre existence. Loin des collines verdoyantes et des immeubles qui rythmaient auparavant notre quotidien, nous ne reverrons plus la lumière du jour. Nous vivons à présent reclus dans des bunkers et des abris antiatomiques. Confinés, nous évoluons entre barils et cartons contenant les vivres nécessaires à notre survie. Dans une palette de gris ponctuée de tuyaux colorés, nous nous évertuons à garder la tête froide, notre environnement ne comportant plus que le strict minimum vital, il devient difficile de s’en évader. Bien loin est le temps où l’eau coulait abondamment de nos montagnes, finis les déjeuners sur l’herbe sur un sol non contaminé. L’époque où la saveur laiteuse des huîtres caressant nos papilles et les bulles du Deutz émoustillant notre palais à Noël paraît définitivement révolue. Dorénavant, une série de néons éclairant notre abri se substitue aux traditionnelles guirlandes lumineuses. Leur lumière crue découpe ce paysage de désolation, lui conférant ainsi un contraste venant rompre la monotonie des nuances de gris. Parfois, nous pouvons nous imaginer que le sol miroitant d’une salle est un lac de montagne où se reflète un ciel coloré par les fumées d’une démonstration aérienne, une illusion créée par les conduits de couleurs vives parcourant le plafond. Dans une balade imaginaire, le linoléum sous nos pieds devient alors un oasis, les robinets, une chute d’eau et les tables du réfectoire, une aire de picnic où l’ombre du ventilateur de plafond nous rappellerait vaguement un avion.
L’utopie d’un monde ne se disputant pas les denrées alimentaires et les métaux précieux ne semble plus qu’un lointain souvenir. Comment en sommes-nous arrivé là? La convoitise de l’uranium qui a causé notre perte avait commencé au Sahel. D’ailleurs, l’épaisse bande de peinture jaune se prolongeant sur toutes les parois du bunker rappelle l’infini de ce desert traversant le continent africain d’un bout à l’autre. Il y a quelque temps nous assistions aux prémisses d’une vie cauchemardesque où les températures commençait à avoisiner les cinquante degrés en Europe. On nous l’avais bien dit, mais personne n’a écouté. Maintenant, notre dernier horizon sera la peinture bleue qui orne les murs du tombeau dans lequel nous nous trouvons.

Sans titre, 2009

Sans titre, 2008

Sans titre, 2009

Sans titre, 2007

Sans titre, 2010

Dernier paysage, du 18 juin au 18 août 2022

BRIDDERHAUS
1 Rue Léon Metz
4238 Esch-sur-Alzette,
Luxemburg

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.