Hussein Chalayan – Chrysalides merveilleuses

par 30 mars 2021Home sweet Home / Mode

Il y a des créateurs de mode qui conçoivent leur vêtements telles de véritables oeuvres d’arts. Hussein Chalayan fait partie des rares couturiers qui nous emmènent bien au-delà des arts appliqués en créant des pièces répondant aux préoccupations sociétales tout en y insufflant rêve et poésie. Décryptage de huit créations iconiques.

Chez Chalayan, chaque collection est pensée comme une série d’oeuvres contemporaines. Cette manière de procéder n’est pas nouvelle puisque sa collection de fin d’étude The Tangent flows, des vêtements donnant l’impression d’être brûlés car il les avait enterrés au contact de limaille de fer et laissé se décomposer avant de les déterrer et de les envoyer sur le catwalk, était annonciatrice de ce qui allait suivre. The Tangent flows a d’ailleurs été achetée par le concept store Browns en 1993, alors que le jeune créateur sortait tout juste de la prestigieuse Central Saint Martins.

On retrouve ce processus de création, plus proche de l’art contemporain, tout au long de sa carrière. Chez lui, les vêtements se métamorphosent, parfois même pendant le défilé lui-même ou illustrent une évolution. Créateur engagé, le couturier puise son inspiration dans le monde qui l’entoure. Cela va de la politique à l’architecture, en passant par les nouvelles technologies. Le designer avait d’ailleurs hésité à devenir architecte.

D’origine Chypriote-turque, il s’intéresse aux questions identitaires, notamment sur l’influence de la religion dans la société. Installé en Grande-Bretagne depuis l’âge de 8 ans, il possède une vision multiculturelle le poussant parfois a confectionner des vêtements traditionnels turques. C’est le cas dans la collection Ambimorphous (automne-hiver 2002), se déclinant sous nos yeux, tel un dégradé allant de l’Orient à l’Occident. Parfois les métamorphoses sont plus radicales, comme l’inoubliable robe Tchador de la collection Between.

Hussein Chalayan n’a jamais conçu la mode en tant que telle. Une grande majorité de ses créations sont des pièces uniques, ce qui lui vaut d’être exposé dans les foires d’art contemporain et les musées. Ce créateur de génie a depuis toujours considéré la mode comme un art, l’inscrivant avant l’heure dans la mouvance slow fashion.

1. La jupe table

Issue se la collection Afterword (automne-hiver 2000), la jupe table se déploie pour devenir, lorsqu’on l’enlève, comme son nom le suggère, une table basse. Cette série de vêtements et d’accessoires agissent comme une réponse à l’inconfort des déménagements fréquents que le créateur a subi lors de son enfance pour des raisons due à un conflit géopolitique. Ces meubles que l’on peut porter sur soi racontent l’histoire des migrants du monde entiers.

 

2. Les Robes Tchador

Les Robes Tchador de la collection Between ( printemps-été 1998) incarnent sans doute la création la plus mémorable et controversée du couturier. En six phases, la robe se raccourcit, ressemblant initialement à une burka pour devenir un simple masque. Ce contraste est amplifié par la nudité des mannequins. Chalayan questionne ici notre vision du corps de la femme, soulignant ici l’absurdité de se vêtir, un pari osé pour un créateur de vêtements.

3. La Robe airmail

Rendue célèbre grâce à la couverture de l’album Post de Björk, la collection Cartesia (automne-hiver 1994) inclut une série de robes fabriquées à partir de papier artificiel appelé Tyvek. La robe Airmail avec ses bords rayés rouge et bleu estampillée ”par avion” est directement inspirée des enveloppes conçues à cet effet. Hussein Chalayan a voulu évoquer la période où il envoyait des lettres à sa mère restée en Turquie.

4. La collection Airborne

Lorsque l’on évoque la collection Airborne (Automne-hiver 2017), on ne peut s’empêcher de penser aux robes illuminées par des LED. Cette série de vêtements confirme l’amour que porte le créateur à la technologie. Néanmoins il est quand même important de souligner la perfection de cette collection dépassant l’attrait que l’on porte à sa luminosité apparente. Le manteau surmonté d’un casque ”soufflet” témoigne de l’ingéniosité formelle de cette ligne de vêtements.

5. Les robes Inertia

Comme figées dans le temps, les robes de la collection Inertia (printemps-été 2009) défie les lois de la gravité. Ces robes en latex dont les excroissances au dos donnent une illusion de mouvement évoquent l’inertie. Conçue comme un moulage, elles incarnent parfaitement le lien que tisse Chalayan entre l’art et la mode. En 2010, elles sont l’objet d’une exposition, B-side, où l’on découvre entre autres les moules ayant servi à leur conception.

6. La robe bulle

La robe bulle est incontestablement la création la plus remarquable de la collection Ventriloquy (printemps-été 2001). Elle incarne la transformation de l’éphémère au monumental. Des bulles en résine enrobent une structure de lanières près du corps, telle une enveloppe corporelle temporaire. Bien que le grand public se souvienne d’avantage de Lady Gaga arborant une copie de la robe bulle lors de sa tournée en 2009, le modèle original, rappelant les meubles d’Eero Arnio, restera iconique dans le monde du design.

7. La robe Airplane

On retrouve toute l’essence des créations d’Hussein Chalayan dans la robe Airplane. Pièce maîtresse de la collection Before Minus Now (printemps-été 2000). Elle allie science et mode de manière inattendue. Conçue a partir de matériaux destinés au fuselage des avions, cette robe, actionnée par un mécanisme secret, change de forme au cours du défilé. La tulle sous la structure principale lui apporte une touche aérienne.

8. La robe robotique

Des robe métallique au look retro? Non, Paco Rabanne n’est pas revenu parmi nous, bien que les apparences peuvent être trompeuses, il s’agit bien de la collection One Hundred and Eleven (printemps-été 2007) de Chalayan. Les robes dont la forme de la jupe rappellent des fleurs futuristes s’animent pour mieux dévoiler les jambes interminables des mannequins. Une fois de plus, le créateur fait appel à une équipe de pointe pour réaliser ses robes mécaniques. Etant donné qu’il s’agit des mêmes ingénieurs qui on réalisé l’Hippogriff d’Harry Potter, il n’est pas étonnant de retrouver un peu de magie dans les créations d’Hussein Chalayan.

Partagez cet article:

Plus d’articles

A table! (Part. 6) Conrad Bakker et la chocolaterie

A table! (Part. 6) Conrad Bakker et la chocolaterie

Quand les arts de la table s’invitent chez les artistes, la vaisselle s’accumule, on dîne verticalement, la soupe industrielle devient mythique et les bananes se changent en or. De Daniel Spoerri à Subodh Gupta, tour d’horizon des créations les plus mémorables. A table!

Ligne de fuite

Ligne de fuite

Pour la rentrée, la galerie Gowen Contemporary nous accueille dans un tout nouvel écrin. Avec leurs entremêlements végétaux, les oeuvres de l’artiste suisse Sébastien Mettraux répondent parfaitement à celles de Yayoi Kusama. Les formes semblent s’échapper de leur cadre pour se propager dans la pièce, nous entrainant dans une échappée belle picturale.

Conversations impossibles: Annelies Štrba & Bernhard Schobinger

Conversations impossibles: Annelies Štrba & Bernhard Schobinger

Lorsque les bijoux de Bernard Schobinger papotent avec les premières photos d’Annelies Štrba, on découvre les prémices du travail d’une artiste qui deviendra mythique. L’alchimie qui lie ces deux créateurs va bien au delà de leur union matrimoniale. Invitation à une balade bucolique par le prisme de discussions imaginaires entre les oeuvres.