La forme et le fond

par 28 mai 2018Home sweet Home / Mode, Mode

Une vague de Slow fashion déferle sur la galerie Analix Forever. Transformée en boutique jusqu’au 9 juin, elle accueille la talentueuse designer Maya Kaadan, ancienne élève de la HEAD.

Le fond

Fondée il y a tout juste un an, la maison Atelier 8|02 nous entraîne dans un univers haut en couleur, aux milles parfums de l’enfance de sa créatrice à Damas. Ces vêtements sont fabriqués par des femmes syriennes réfugiées au Liban, souvent en situation de précarité.
Maya Kaadan conçoit ces créations au gré de rencontres, donnant naissance à des collections capsules, tels que ses pulls en tricot entièrement réalisés à la main. Elle utilise essentiellement des matières premières locales, inscrivant la marque dans la mouvance slow fashion, une manière de consommer éthique et écologique. Atelier 8|02 prend le temps de parfaire des séries limitées en collaboration avec des couturières et confectionneuses de talent. L’ambition est de rendre au vêtement sa valeur et sa durabilité. Comme dirait Coco Chanel: «La mode se démode, le style jamais».
Les chiffres 8/02 rendent hommage à la mère de la styliste, née un 8 février. C’est elle qui lui donne goût à la couture, à une époque où la Syrie traversait déjà une période agitée.

«Je suis constamment à la recherche d’un équilibre entre l’artisanat, le design et l’art contemporain.»

La forme

Le principe de la marque est de fusionner les styles et les cultures, afin d’habiller les femmes affirmées d’aujourd’hui. On retrouve une grande influence des années 80 avec ses tenues monochromes aux tons vifs. Les coupes à la fois géométriques et amples donnent aux vêtements une allure unique et évoquent un Orient moderne, qui séduira les amatrices de design. L’habit devient sculpture, un effet encore plus accentué par la rareté de pièces, produites en série limitée. Les matières nobles telles que le coton et la soie rendent les tenues faciles et agréables à porter.
C’est souvent la rencontre d’un savoir-faire qui influence la forme et qui donne naissance à des créations inédites, comme le motif du « le eye idol », une divinité assyrienne aux grands yeux, imprimée en sérigraphie à la main.
La collection printemps-été 2018 est inspirée par Elissa, une princesse phénicienne, fondatrice et première Reine de la cité de Carthage.  Cette collection rend hommage aux femmes extraordinaires qui, par leur volonté et leur style bouleversent les idées reçues.

Collection SS 2018. Have you seen Elissa ?
Jusqu’au 9 juin

Galerie Analix Forever
Rue de Hesse 2
1204 Genève
+41 22 329 17 09
analixforever@bluewin.ch
https://analixforever.wordpress.com

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.