Intérieur stellaire

par 5 février 2024À la une, Art contemporain

Des agrumes évoquant le système solaire, un crépuscule civil révélant Vénus… L’artiste bernois Gian Losinger nous immerge dans un calme baigné de douces lumières, où les petits riens du quotidien sont sublimés.

Gian Losinger travaille depuis toujours sur les objets du quotidien. Pour l’accrochage de l’espace genevois de la galerie Fabienne Levy, des photos d’intérieur aux dimensions intimes sont ponctuées de grands formats dépeignant des cieux. Le décalage entre les deux sujets pourrait paraître étonnant, pourtant, si l’on observe bien les natures mortes, on peut y déceler un côté astral. Le lien entre ces paysages célestes et ces images domestiques réside dans le lieu des prises de vues. Ces photos, capturées depuis la fenêtre de la cuisine de l’artiste à Lausanne, les lient inéluctablement à son lieu de vie.

Ici, on a affaire à un travail sur l’intime, débutant durant la période du covid. La fenêtre s’apparente à un hublot sur le monde extérieur. Elle sert de cadre dans lequel les astres deviennent auteurs d’une peinture dont les teintes répondent aux objets présents sur les natures mortes. Dans Gradient I et II, on observe un crépuscule où les heures dorées vont à la rencontre des heures bleues. Il y a une influence picturale dans les cieux de Gian Losinger. Quant aux natures mortes, elles rappellent les vanités présentes dans la peinture flamande du XIIe siècle. Doit-on voir dans cette allégorie de la mort et de la fragilité humaine un clin d’œil à ces dernières années si particulières ? Une chose est sûre, face à la grandeur de l’univers nous ne sommes rien.

Solar System, 2019
Gradient I, 2022

L’exposition « I wish I call you sooner » offre un moment suspendu hors de l’agitation citadine. On ressent le silence qui règne dans l’appartement, tout comme dans l’espace, où l’on ne peut entendre aucun son. L’artiste a voulu sublimer ces moments où l’on remarque la beauté de détails qui ont tendance à nous échapper, qu’il s’agisse de la lueur de la Lune et de Vénus ou encore des traces d’un avion dans le ciel. D’une certaine manière, tous ces éléments évoquent un lointain, un ailleurs impalpable. Qu’il soit terrestre ou cosmique, les photographies de Gian Losinger nous offrent une ouverture abstraite sur le monde.

A découvrir jusqu’au 9 mars 
Fabienne Levy
Rue des Vieux-Grenadiers 2
1205 Genève

Moon  2022
Early Morning Still Life, 2020

Partagez cet article:

Plus d’articles

Anima Mundi, le vernissage

Anima Mundi, le vernissage

Si l’âme du monde devait prendre forme sous nos yeux, on espérerait qu’elle charrierait la beauté de l’humanité, qu’elle serait porteuse d’un espoir dont nous avons plus que jamais besoin. Les artistes Philippe Fretz, Michael Rampa et Jérôme Stettler se sont penchés sur des thèmes universels en créant un dialogue ouvert entre leurs œuvres. Retour sur le vernissage du 1er juin.

Au-delà des apparitions

Au-delà des apparitions

Cet hiver, la fondation Louis Vuitton présente dans sa galerie 3 un solo show de Xie Lei. L’artiste chinois nous immerge dans un univers fantasmagorique, peuplé d’apparitions. Véritable voyage au cœur de camaïeux oscillant entre le vert émeraude et le vert de Sèvres, le peintre nous livre l’expression de ses pensées sur l’existence.

Images vagabondes

Images vagabondes

Dans un périple reliant deux mégapoles, l’artiste jurassienne Christiane Yvelin nous invite à nous perdre dans des paysages brumeux empreints de poésie. Teintés de bleus, puis se réchauffant au fil de la journée, les clichés révèlent des éléments semblant insignifiants mais qui constituent la beauté d’une image.