Sélectionner une page

Le nouveau féminisme

par | 17 juin 2019 | Art contemporain

Fondatrice de la galerie Analix Forever, médecin, poète, ancienne conseillère nationale, écrivaine et commissaire d’expositions dans le monde entier, Barbara Pola a plus d’une corde à son arc! Avec Le Nouveau Féminisme – Combats et rêves de l’ère post-Weinstein, l’auteur nous livre un décryptage du nouveau féminisme dans toute sa splendeur et sa diversité. Sorti au salon du livre en ce début d’année, ce nouvel ouvrage n’a jamais autant été d’actualité, surtout après la grève féministe du 14 juin dernier.

Dans la première partie s’intitulant ”De la Caverne à MeToo” on pénètre dans le vif du sujet. De manière très juste, l’auteur nous explique l’évolution de notre société, rendant désuet le schéma classique de l’homme protégeant sa femme des dangers extérieurs à leur caverne préhistorique. Barbara Polla nous parle aussi de violence et de maternnité: « Que ceux qui vénèrent la Vierge Marie me pardonnent: c’est bien elle qui a instauré le GPA. ». Elle revient de façon pertinente sur l’affaire Weinstein, point de départ du livre. Dans la deuxième partie du livre, intitulée ”une galaxie en expansion ”, les nouveaux courants féministes sont décrits. Elle nous fait ainsi découvrir des mouvements dont nous ne soupçonnions à peine l’existence, mais qui contribuent bel et bien à l’expansion du féminisme moderne. Avec toutes ces approches différentes, ceux qui sont encore frileux envers le féminisme, ou qui ne le connaissent pas bien, risquent de s’y intéresser et pourront même peut-être s’y reconnaître.

Beaucoup de gens pensent encore que les féministes détestent la gent masculine et ne font aucun effort de séduction. L’auteur fait voler en éclat cet apriori dans sont chapitre ”La joie de séduire”, une notion qui semble aujourd’hui condamnable par certaines femmes et qui ont tendance à cantonner la femme au rôle de victime. Les femmes ont le droit d’être belles ET intelligentes. Une femme sexy peut être un sujet. C’est notre regard sur la sexualité qui devrait changer. Barbara Polla fait partie des féministes qui aiment les hommes, L’éloge de l’érection et son recueil de poèmes érotiques Ivory Honey récemment récompensé le confirme.

Dans son livre, Barbara Polla aspire a plus de liberté. Elle cite notamment une phrase du philosophe et économiste Charles Fourier:  ”Le bonheur d’un homme se mesure à la liberté de la femme”. Autrement dit, des femmes plus libres vont générer des hommes plus heureux. Le féminisme est donc un humanisme et il nous concerne tout un chacun. Etant galeriste, Barbara Polla a tenu à ponctuer le livre de quelques photos et oeuvres d’art illustrant notamment le chapitre « féminisme d’artistes », un mouvement tout aussi bien représenté par des hommes que des femmes.

Le Nouveau Féminisme – Combats et rêves de l’ère post-Weinstein, éditions Odile Jacob
A lire et relire sans modération.

A découvrir en vidéo sur artsixmix: un thème par jour, pendant 12 jours de suite
https://www.artsixmic.fr/barbara-polla-le-nouveau-feminisme-combats-et-reves-de-lere-post-weinstein/

Trois coquelicots (2018), par Carine Bovey.

Partagez cet article:

Plus d’articles

Cycle théâtral

Comme si elles occupaient une scène de théâtre, les sculptures à mi-chemin entre l’installation et la performance de Dorian Gaudin dialoguent entre elles. Chacune dans son coin, elles prennent vie lors de la venue d’un visiteur. Lever de rideau sur l’exposition Futurs flirts de la galerie pact!

Précieuses insertions

Feuilles d’or, poudre de diamant et encre noire, les ingrédients donnant naissance aux clichés de l’exposition Beyond the Photography sonnent comme une incantation. Les oeuvres de Russell Young et Bill Claps éveillent en nous l’envie de succomber à la tentation du précieux.

L’objet de la mémoire

Fétiches, utilitaires ou porte-bonheurs, les objets font partie intégrante de notre quotidien. Ils prennent vie grâce à l’intervention de l’artiste israélienne Etti Abergel qui les met en scène par le biais de ses installations. Tel un journal intime de son quotidien, ils symbolisent l’empreinte de la mémoire.