Le saviez-vous? Station de métro de la Bessières

par 17 novembre 2020Le saviez-vous?

Saviez-vous que la sculpture M20 (2006) de la station de métro de la Bessières à Lausanne génère des arcs-en-ciel?

Cet anneau de 25 mètres de diamètre est l’oeuvre de l’artiste vaudois Bernard Garo. A l’occasion du concours des Retraites populaire, il réalise cette structure ayant pour but d’habiller et d’embellir la station du métro M2 en collaboration avec le designer Pierre-André Gétaz. Inspiré par l’eau qui coulait jadis dans le quartier du Flon, l’artiste évoque cette dernière par un camaïeux de bleus rappelant les reflets d’une rivière. Le bleu symbolise aussi la lumière et la haute technologie, clin d’oeil au progrès incarné par l’introduction du métro dans une ville aussi vallonée que Lausanne. 

Le verre sérigraphié offre un spectre de nuances évolutif selon l’heure de la journée ou la saison. La lumière traversant l’anneau crée des reflets, produisant parfois des arc-en-ciels. Bien entendu, un projet si ambitieux a nécessité bien des interventions et un nombre conséquent de recherches. Pour assurer la sécurité des passagers, l’anneau est prisonnier de deux plaques de plexiglass incassable. L’oeuvre devant également résister aux intempéries, le duo a fait appel à l’ingénieur Jean Perez de l’EPFL afin de trouver et créer les matières adéquates. 

Outre les péripéties techniques, il a fallu entre autres prévoir un budget supplémentaire pour  protéger la création des fientes de pigeons. Malgré la bonne facture de la sculpture, personne n’osait la manipuler, que ce soit pendant la conception ou lors de son installation. Le trio a donc dû l’installer seul sous une température avoisinant les -5°C. Un effort qui en aura valu la peine au vu du résultat.

Même si la météo n’est pas toujours clémente, prenez le temps d’aller guetter le rayon de soleil qui transforme la grisaille en arc-en-ciel, métamorphosant l’ennui du quotidien en un moment de contemplation.  

M2O (2006)

Partagez cet article:

Plus d’articles

Le saviez-vous? Pipi de chat

Le saviez-vous? Pipi de chat

Gustav Klimt utilisait de l’urine de chat comme fixatif. Son obsession pour les félins le poussa à recouvrir certains de ces carnets de croquis avec leur urine qu’il considérait comme le meilleur moyen de conservation.