Les lits de la discorde

par 15 janvier 2021Art contemporain

Cet après-midi, je me suis rendue à la galerie Mezzanin pour le vernissage d’EX-POSITION21 de Gianni Motti. L’ouverture a été avancée car la semaine prochaine, tout est de nouveau fermé. Ayant en permanence soif de culture et besoin de m’évader du quotidien grâce à l’art contemporain, je ne pouvais manquer cet événement.

Depuis la rue, j’aperçois un lit d’hôpital trônant au centre de la galerie. Les murs d’un blanc immaculé concentrent le regard sur cette surprenante installation. Pour ma part, je ne suis jamais déçue des interventions de l’artiste italien. Elles sont toujours hors du commun et d’une intelligence redoutable. L’artiste a d’ailleurs souvent pour but d’égratigner l’opinion publique. Ici encore, il lance un pavé dans la mare. En réponse aux nouvelles anxiogènes et au marasme ambiant, il jette donc son dévolu sur ce mobilier star de l’année 2020, concevant de ce fait Lockdown en quelques semaines seulement.

Les installations et performances de l’artiste sont en perpétuelle évolution pour répondre parfaitement à l’actualité. Elles peuvent changer quelques jours avant l’ouverture de l’exposition. La limitation de personnes autorisées dans les lieux publiques a pour effet d’augmenter l’impact de l’oeuvre. Le fait de se retrouver quasiment seule dans la galerie face à cette installation résume tout à fait l’ambiance qui règne à Genève en ce moment. Il est rare de n’être que si peu nombreux lors d’un vernissage en milieu d’après-midi. C’est une oeuvre qui se ressent plus qu’elle ne s’analyse. D’ailleurs la galerie à prévu de laisser les lumières allumées 24h/24h afin que l’on puisse l’admirer de l’extérieur malgré la fermeture de l’établissement.

L’artiste énigmatique n’a pas pour habitude de livrer les clefs de lecture de ses oeuvres. De toute façon, elles parlent d’elles-mêmes, non? Aussi, lorsque qu’on lui pose la question ”Gianni Motti, qui êtes-vous?, il répond: ”Je suis 70,5 kilogrammes d’atomes. Si on pouvait les aligner côte à côte on n’aurait pas assez de zéros pour mesurer la longueur.”

Partagez cet article:

Plus d’articles

A table! (Part. 6) Conrad Bakker et la chocolaterie

A table! (Part. 6) Conrad Bakker et la chocolaterie

Quand les arts de la table s’invitent chez les artistes, la vaisselle s’accumule, on dîne verticalement, la soupe industrielle devient mythique et les bananes se changent en or. De Daniel Spoerri à Subodh Gupta, tour d’horizon des créations les plus mémorables. A table!

Ligne de fuite

Ligne de fuite

Pour la rentrée, la galerie Gowen Contemporary nous accueille dans un tout nouvel écrin. Avec leurs entremêlements végétaux, les oeuvres de l’artiste suisse Sébastien Mettraux répondent parfaitement à celles de Yayoi Kusama. Les formes semblent s’échapper de leur cadre pour se propager dans la pièce, nous entrainant dans une échappée belle picturale.

Conversations impossibles: Annelies Štrba & Bernhard Schobinger

Conversations impossibles: Annelies Štrba & Bernhard Schobinger

Lorsque les bijoux de Bernard Schobinger papotent avec les premières photos d’Annelies Štrba, on découvre les prémices du travail d’une artiste qui deviendra mythique. L’alchimie qui lie ces deux créateurs va bien au delà de leur union matrimoniale. Invitation à une balade bucolique par le prisme de discussions imaginaires entre les oeuvres.