Les lits de la discorde

par 15 janvier 2021Art contemporain

Cet après-midi, je me suis rendue à la galerie Mezzanin pour le vernissage d’EX-POSITION21 de Gianni Motti. L’ouverture a été avancée car la semaine prochaine, tout est de nouveau fermé. Ayant en permanence soif de culture et besoin de m’évader du quotidien grâce à l’art contemporain, je ne pouvais manquer cet événement.

Depuis la rue, j’aperçois un lit d’hôpital trônant au centre de la galerie. Les murs d’un blanc immaculé concentrent le regard sur cette surprenante installation. Pour ma part, je ne suis jamais déçue des interventions de l’artiste italien. Elles sont toujours hors du commun et d’une intelligence redoutable. L’artiste a d’ailleurs souvent pour but d’égratigner l’opinion publique. Ici encore, il lance un pavé dans la mare. En réponse aux nouvelles anxiogènes et au marasme ambiant, il jette donc son dévolu sur ce mobilier star de l’année 2020, concevant de ce fait Lockdown en quelques semaines seulement.

Les installations et performances de l’artiste sont en perpétuelle évolution pour répondre parfaitement à l’actualité. Elles peuvent changer quelques jours avant l’ouverture de l’exposition. La limitation de personnes autorisées dans les lieux publiques a pour effet d’augmenter l’impact de l’oeuvre. Le fait de se retrouver quasiment seule dans la galerie face à cette installation résume tout à fait l’ambiance qui règne à Genève en ce moment. Il est rare de n’être que si peu nombreux lors d’un vernissage en milieu d’après-midi. C’est une oeuvre qui se ressent plus qu’elle ne s’analyse. D’ailleurs la galerie à prévu de laisser les lumières allumées 24h/24h afin que l’on puisse l’admirer de l’extérieur malgré la fermeture de l’établissement.

L’artiste énigmatique n’a pas pour habitude de livrer les clefs de lecture de ses oeuvres. De toute façon, elles parlent d’elles-mêmes, non? Aussi, lorsque qu’on lui pose la question ”Gianni Motti, qui êtes-vous?, il répond: ”Je suis 70,5 kilogrammes d’atomes. Si on pouvait les aligner côte à côte on n’aurait pas assez de zéros pour mesurer la longueur.”

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.