L’image du jour: Baltazar de Florence Schlegel Schürch

par 10 mai 2024L'image du jour

Et si les arbres portaient des noms ? Chez l’illustratrice Florence Schlegel Schürch, ils sont bien plus que des anonymes. Débutée à Zanzibar, cette série de dessins naît d’une véritable passion pour les arbres. En dressant leurs portraits, l’artiste met en lumière leur individualité à travers un dessin méticuleux et des couleurs attrayantes. Elle les personnifie en leur attribuant un nom et indique leurs coordonnées GPS dans le titre du dessin. Le fait de pouvoir retrouver l’emplacement de chaque arbre amplifie leur présence, tout comme le fait qu’ils débordent littéralement du cadre, le dessin se prolongeant sur ce dernier.  Dans son travail, l’artiste crée des analogies entre l’humain et les caractéristiques physiques des végétaux, comme cette série de portraits de femmes dont les cheveux se muent en racine d’arbre. Ainsi, elle souligne à quel point la nature qui nous entoure est indissociable de l’humain.

Baltazar Bouleau 46°18’08.8″N, 7°27’56.9″E, 2024

Partagez cet article:

Plus d’articles

Swimming Pool de Leandro Erlich

Swimming Pool de Leandro Erlich

Port du maillot de bain… facultatif! Pas besoin de se mouiller pour piquer une tête dans la piscine de Leandro Erlich puisque ici, tout est illusion.

L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

Chez Phinn Sallin-Mason, les caractéristiques attribuées aux genres s’inversent et rendent leurs frontières floues. L’artiste, effectuant actuellement un bachelor en photographie à l’Ecal, aime brouiller les pistes et amène à nous interroger sur les constructions sociales qui nous enferment dans des rôles bien souvent stéréotypés.

L’image du jour: Drift XI d’Harmony Korine

L’image du jour: Drift XI d’Harmony Korine

Dans ses toiles aux teintes acidulées, l’artiste et cinéaste américain Harmony Korine fusionne toutes ses pratiques artistiques allant de la photographie à la vidéo. Dans une atmosphère hypnotique, le spectateur est désorienté.