L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

par 17 juin 2024Art contemporain, L'image du jour, Queer We Cheer!

Chez Phinn Sallin-Mason, les caractéristiques attribuées aux genres s’inversent et rendent leurs frontières floues. L’artiste, effectuant actuellement un bachelor en photographie à l’Ecal, aime brouiller les pistes et amène à nous interroger sur les constructions sociales qui nous enferment dans des rôles bien souvent stéréotypés. Dans la série Hot Cheese (2024), nous sommes confrontés à des images dont l’esthétique reprend les codes de la photographie des calendriers de pin-ups des paysans suisses, les Jungbauernkalender. L’artiste a découvert ce type de photo à l’âge de 8 ans à la porte d’une salle de bain. Une vision qui l’a par la suite conduit·e à se questionner sur le Male Gaze, présent dans la majorité des films et des images qui nous entourent. Avec Ilénia and Erwan, les rôles sont inversés. Sur fond d’un ciel flamboyant, une femme victorieuse porte un homme allongé sur ses épaules. Il s’agit d’Ilénia, une coach sportive anciennement bodybuildeuse et d’Erwan, une personne transmasculine. Phinn Sallin-Mason vise à montrer la force, habituellement assimilée au genre masculin à travers les prouesses sportives d’une femme. A l’image de Minerve triomphant de l’ignorance (1591) de Bartholomeus Spranger, le modèle Ilénia se trouve dans une position de force, chose rare dans les représentations féminines habituelles, qu’il s’agisse du monde de la publicité ou de l’histoire de l’art. Hot Cheese offre une vision féministe et contemporaine du corps. L’artiste se réapproprie ainsi les normes de la beauté en redéfinissant les codes de la binarité.

Ilénia and Erwan (Série Hot Cheese), 2024

Partagez cet article:

Plus d’articles

L’image du jour: Drift XI d’Harmony Korine

L’image du jour: Drift XI d’Harmony Korine

Dans ses toiles aux teintes acidulées, l’artiste et cinéaste américain Harmony Korine fusionne toutes ses pratiques artistiques allant de la photographie à la vidéo. Dans une atmosphère hypnotique, le spectateur est désorienté.

L’image du jour: Baltazar de Florence Schlegel Schürch

L’image du jour: Baltazar de Florence Schlegel Schürch

Et si les arbres portaient des noms ? Chez l’illustratrice Florence Schlegel Schürch, ils sont bien plus que des anonymes. Débutée à Zanzibar, cette série de dessins naît d’une véritable passion pour les arbres. En dressant leurs portraits, l’artiste met en lumière leur individualité à travers un dessin méticuleux et des couleurs attrayantes.

L’image du jour: Apocalypse Now de Sandrine Pelletier

L’image du jour: Apocalypse Now de Sandrine Pelletier

Cette œuvre tridimensionnelle rassemble plusieurs éléments essentiels à l’œuvre de Sandrine Pelletier: bois brûlé et tons chauds rappelant la finitude de l’être humain et du monde. Le format de cette œuvre s’inspire de la scène d’introduction du film au titre éponyme de Francis Ford Coppola, une adaptation de la nouvelle Heart of Darknessde Joseph Conrad, où les personnages évoluent dans la jungle du Vietnam. Réalisée à l’aide d’acide sur du cuivre, cette œuvre rapelle l’héliogravure, une technique d’impression destinée aux grands volumes tels que les journaux. Comme si cette œuvre avait pour vocation de témoigner des feux de fôret, véritable fléau du au réchauffement climatique.