Sous le soleil exactement

par 15 juin 2021Art contemporain, Exposition

Cet été, la galerie Espace L présentera lors d’une private viewing les dernières oeuvres de l’artiste Carine Bovey. Dans un camaïeu de tons acidulés émergent de l’eau jambes et naissance de sein. Peu importe l’emplacement, l’important, c’est d’être sous le soleil exactement.

Un peu de légèreté
La série Eté acidulé est le fruit de captures d’instants de détente et apparait comme une véritable évasion hors de l’atmosphère anxiogène dans laquelle nous avons été plongés depuis plus d’un an. Une manière de célébrer la venue de l’été.
Chaque toile représente un lieu fréquenté par l’artiste, qu’elle a capturé au moyen de son iPhone. Les titres des tableaux renvoient à la fonction de cet appareil qui garde en mémoire la géolocalisation de chaque cliché. Le cadrage serré, récurrent dans les toiles de l’artiste, met en évidence un détail et rend parfois la composition presque abstraite.

Creux-de-Genthod (Série été acidulé), 2021
Confluent de l’Allondon (Série été acidulé), 2021
Golf du domaine impérial (Série été acidulé), 2021​
Björviks Brygga (Série été acidulé), 2021

Matérialiser l’immatériel
Pour réaliser ces toiles, l’artiste s’est replongée dans ses souvenirs en parcourant les photos et vidéos stockées sur son smartphone au long des années. Il s’agit de ces instants vécus qu’on décide spontanément de capturer, comme si cela pouvait les rendre éternels. Le plus souvent, ces images dorment sur nos appareils. Il y en a tant qu’on les oublie quelque peu, tout en en accumulant toujours davantage. Ici, l’artiste a sélectionné des images mettant l’emphase sur des sensations agréablement estivales: sentir la fraîcheur de l’eau sur la peau, caresser sa surface cristalline, s’amuser avec ses reflets fascinants… Accrochés aux murs, ces tableaux font revivre ces sensations, comme autant de petite parcelles de piscine. Après tout, le plaisir de la baignade est universel. L’action de peindre à l’huile ces instants vécus, un procédé nécessitant beaucoup de temps, est une manière d’honorer ces bonheurs simples.

L’émotion de l’impalpable
Quand on parle de l’impalpable, on ne peut s’empêcher de penser aux nouvelles technologies. La galerie présente également une oeuvre sur tissu inspirée des Thangkas tibétaines. Cette nouvelle série intitulée Virtuell Känsel (Sensation virtuelle) met en scène des personnages avec leurs fantasmes et leur envies. Dans Lockdown Love (2021), la jeune femme est connectée à l’être aimé par l’intermédiaire d’un ordinateur portable. Son imaginaire est représenté de manière vaporeuse dans des nuances rosées esquissées par des produits de maquillage comme le rouge à lèvre et des ombres à paupières crémeuses. Les métaux précieux contenus dans le gloss apportent un scintillement à l’oeuvre, ils remplacent ainsi la dorure que l’on retrouve traditionnellement dans les thangkas.

Lockdown Love (série Virtuell Känsel), 2021
Ostrongen 1, 2020

Bikini & perles sensuelles
Pour rester dans le thème de la mer et de la sensualité, Carine Bovey dévoilera les Ostrongen, compression des mots suédois Ostron et Östrogen, signifiant respectivement ”huître” et ”œstrogène”. Cette série de dessins met en lumière la fécondité et la maternité sous un angle non conventionnel, l’artiste ayant été elle-même adoptée. C’est le débat autour de la GPA qui l’a inspirée, la poussant à rappeler que l’importance dans la maternité n’est pas le fait de porter l’enfant, mais ce qu’on lui transmet.
Dans Enfiler des perles, le nacre se fait sensuel puisque le collier de perles contribue ici au plaisir féminin. L’artiste joue avec les sens de l’expression française ”Enfiler des parles” (S’occuper à des niaiseries, s’amuser à des bagatelles, ne pas s’occuper sérieusement) ayant une connotation un tantinet sexiste puisque ce sont généralement les petites filles qui s’amusent a fabriquer des colliers.

Comme une réponse à la morosité ambiante, on retrouvera la photographie réalisée en février 2020 Un peu de légèreté où l’artiste porte un bikini constitué de masques chirurgicaux. Une chose est sûre: La grâce triomphera.

Jusqu’au 21 juin 2021
Sous le soleil exactement
Private Viewing à l’Espace L
Rue des Bains 23

Ouverture:
Samedi 19 juin: de 11h à 18h
Dimanche 20 juin: sur rdv
Lundi 21 juin: de 14h à 17h
et sur rdv

 

Sous le Soleil Exactement (Série été acidulé), 2020
La mort de l’alter ego (Série In my shoes), 2021
24 ans (Série In my shoes), 2019

Partagez cet article:

Plus d’articles

Conversations impossibles: Annelies Štrba & Bernhard Schobinger

Conversations impossibles: Annelies Štrba & Bernhard Schobinger

Lorsque les bijoux de Bernard Schobinger papotent avec les premières photos d’Annelies Štrba, on découvre les prémices du travail d’une artiste qui deviendra mythique. L’alchimie qui lie ces deux créateurs va bien au delà de leur union matrimoniale. Invitation à une balade bucolique par le prisme de discussions imaginaires entre les oeuvres.

L’apéro du Chat: Humagne rouge

L’apéro du Chat: Humagne rouge

Merci la Suisse! Merci d’accueillir le monde, fuyant la guerre ou un régime dictatorial. Merci d’avoir accueilli Le Chat Perché il y bientôt 36 ans. Il a trouvé refuge en cette belle Helvétie, confirmant ainsi que ce billet d’humeur serait bien trop court pour y énumérer toutes les louanges que nous inspire cette hôtesse hors pair.

Porno chic

Porno chic

Dents de scies, rose poudré… comme dans un ballet contemporain, la révolte se fait en toute légèreté. Lorsqu’il s’agit de lutter contre la violence, l’artiste militante Lyz Parayzo ne manque pas d’aplomb. Avec vaillance, elle envoie valser les préjugés qui subsistent à l’encontre de la communauté LGBTQ+.