Transcendance sensuelle

par 25 mai 2018Exposition

La galerie Laurent Marthaler est heureuse d’accueillir pour la troisième fois Stéphane Ducret. L’exposition intitulée “One more Weekend of Lights and Evening Faces” dévoile une nouvelle série d’œuvres issues de la série Time and Space Transcendence complétant les toiles de l’artiste genevois ayant pour thème le temps et l’espace.

Ce nouvel accrochage est une évolution naturelle des ses peintures abstraites, qui en premier lieu étaient essentiellement composées de tons noirs et blancs ponctuées de beige et de magenta. Après un voyage et une exposition individuelle au Mexique, la couleur vient s’immiscer entre ses « lignes » noires pour donner naissance à une gamme chromatique vive allant jusqu’à des nuances iridescentes.

Avec ses expérimentations, le peintre cherche à repousser les limites de la perception de l’espace physique et naturel. Il nous pousse à poser un autre regard sur ce qui paraît évident lors d’une première observation. La peinture à l’huile, appliquée à même la toile par un geste maîtrisé, imprime les traces d’un chiffon en tissu, créant ainsi des textures vibrantes. Des éléments naturels tels que l’eau ou le bois peuvent venir à l’esprit, mais c’est surtout la notion de temps, source de réflexion aux possibilités infinies, qui passionne tout particulièrement l’artiste.

Alors que nous commémorons le 50ème anniversaire de mai 68, cette exposition repose sur des préoccupations tout a fait actuelles. L’artiste tient à se rapprocher de ce que les hippies ont le plus retenu de la Beat Generetion: la béatitude, une philosophie de l’amour universel en lien étroit avec la nature. Il donne ainsi à son art une dimension spirituelle, douce et sensible.

Laurent Marthaler Contemporary
Avenue Claude Nobs 2
CH – 1820 Montreux
info@laurentmarthaler.com
www.laurentmarthaler.com

Partagez cet article:

Plus d’articles

Conversation impossible: Ben & Basquiat

Conversation impossible: Ben & Basquiat

Lorsque Red Savoy de Basquiat rencontre Ethiopie de Ben, le débat est on ne peut plus d’actualité. Ces deux toiles créées à quelques années d’intervalle, sur deux continents différents racontent entre autre l’historie moderne des migrations et rappelle l’importance de l’appartenance ethnique dans la culture américaine. Elles nous questionnent aussi sur notre rapport à la charité. Conversation impossible.

Les lits de la discorde

Les lits de la discorde

Cet après-midi, je me suis rendue à la galerie Mezzanin pour le vernissage d’EX-POSITION21 de Gianni Motti. L’ouverture a été avancée car la semaine prochaine, tout est de nouveau fermé. Ayant en permanence soif de culture et besoin de m’évader du quotidien grâce à l’art contemporain, je ne pouvais manquer cet événement.

Dans de beaux draps!

Dans de beaux draps!

Quand les restrictions sanitaires ont été imposées par le gouvernement, Gianluigi Maria Masucci n’a pas manqué d’imagination pour répondre à sa nécessité de créer. Vivant actuellement en Italie, il a su s’adapter afin de ne pas sombrer dans l’inactivité. Cette période lui a été très productive et a donné naissance à des oeuvres au support on ne peut plus surprenant.