Douceurs acidulées

par 30 mars 2021Art contemporain

Célébrons les temps cléments avec les doux paysages de Karolina Orzelek et Thomas Lesigne. Entre moirés pastels et nature vibrante, ce couple d’artistes nous plonge dans leurs souvenirs de voyage. A travers leurs oeuvres, on s’évade vers de nouveaux horizons.

En résidence à la galerie Untitled 1983 durant l’hiver dernier, Karolina Orzelek et Thomas Lesigne présente leurs toutes dernières créations. Ayant pour habitude de réinterpréter des photos prises il y a plusieurs années lors de leurs déplacements, les deux artistes représentent leurs souvenirs chacun à sa manière. Qu’il s’agisse d’huiles sur bois pour Karolina ou d’aquarelles pour Thomas, il en résulte une ambiance onirique dans chacune des techniques.

Avec ses paysages presque fantomatiques, Thomas Lesigne nous invite a contempler calmement la nature. L’absence d’horizon de certains dessins prolonge le paysage jusqu’à l’infini, projetant ainsi davantage le spectateur dans le panorama. Le traitement moiré résolument moderne met en avant l’interprétation personnelle de l’artiste, allant bien plus loin que la simple représentation d’un paysage. Il narre le récit de moments appartenant au passé en se focalisant notamment sur des détails, ces petits riens qui font la différence.

Meteora (2021) de Thomas Lesigne
Sky Safari (2021) de Karolina Orzelek

Quant a Karolina Orzelek, elle nous entraîne dans le subconscient avec ses scènes aux nuances acidulées. Les teintes originelles sont substituées par des tons opposés, créant une vision presque hallucinatoire. On retrouve plus d’éléments urbains et des constructions rappelant l’existence de l’humain bien qu’il soit absent sur la plupart des oeuvres. Dans Sky Safari (2021), les personnages semblent décontextualisés par leurs postures et leurs attitudes. La couleur artificielle du ciel donne l’impression que ces derniers se trouvent sur la Lune.

Entre songe et réalité, les oeuvres de Karolina et Thomas Lesigne nous invite à rêvasser, une escapade bien nécéssaire en ce moment.

Thomas Lesigne
Photo  ©  Julien Gremaud
Smokescreen (2021) de Karolina Orzelek
Photo  ©  Julien Gremaud
Karolina Orzelek
Photo  ©  Julien Gremaud

Partagez cet article:

Plus d’articles

Pétillant Murakami

Pétillant Murakami

Lorsque je suis allée faire mes courses aujourd’hui, j’ai eu la bonne surprise de découvrir les nouvelles bouteilles de Perrier parsemées de fleurs Kawaii. Pour célébrer ses 150 ans, l’eau minérale a fait appel à l’artiste japonais Takashi Murakami. Ce design ne manquera pas d’égayer nos tables.

L’apéro du Chat: Cosmopolitan

L’apéro du Chat: Cosmopolitan

Lorsque Red Savoy de Basquiat rencontre Ethiopie de Ben, le débat est on ne peut plus d’actualité. Ces deux toiles créées à quelques années d’intervalle, sur deux continents différents racontent entre autre l’historie moderne des migrations et rappelle l’importance de l’appartenance ethnique dans la culture américaine. Elles nous questionnent aussi sur notre rapport à la charité. Conversation impossible.

Conversation impossible: Ben & Basquiat

Conversation impossible: Ben & Basquiat

Lorsque Red Savoy de Basquiat rencontre Ethiopie de Ben, le débat est on ne peut plus d’actualité. Ces deux toiles créées à quelques années d’intervalle, sur deux continents différents racontent entre autre l’historie moderne des migrations et rappelle l’importance de l’appartenance ethnique dans la culture américaine. Elles nous questionnent aussi sur notre rapport à la charité. Conversation impossible.