L’image du jour: Infinity Mirror Room de Yayoi Kusama

par 28 novembre 2022L'image du jour

Infinity Mirrored Room, présentée actuellement au Tate Modern, est l’une des plus grandes installations de Yayoi Kusama réalisée à ce jour. Cette installation est présentée aux côtés de Chandelier of Grief, une salle qui crée l’illusion d’un univers sans limites de lustres en cristal rotatifs.

En 1957, Yayoi Kusama quitte le japon pour New York. C’est au milieu des années soixante que naît la plupart de ses plus importantes créations, dont l’impulsion à autoriser une forme ou un motif  à prendre possession de l’espace et de se répéter à l’infini est constante.
Dans la série Infinity Nets Kusama peignait méthodiquement de grandes nappes de demi-cercles blancs formant une avec ses mailles d’une épaisse peinture à l’huile une toile sans fin. Ce procédé, auquel la présence de la précision dégage une énergie  émanant de la concentration que Kusama consacre à chacune des peintures, repousse les  limites entre entre la performance artistique et le tableau. La série Accumulation Sculptures, composée d’objets de la vie quotidienne parsemés de formes phalliques en tissus empaillées, avait pour thème la consommation de masse, le machisme et la position de l’homme dans notre société. C’est sans doute pour cela que les formes intrusives grimpent sur les murs et finissent par envahir entièrement la pièce dans Infinity Mirror Room Phalli’s Field (1965), la première installation avec miroir de Kusama.
Yayoi Kusama quitte New York au début des années 1970 afin de reprendre son œuvre à Tokyo, à l’échelle de ses peinture et sculpture. Dans son travail datant du milieu des années 1980 elle revisite les points et les toiles qui la poursuit comme un leitmotiv dans sa création, mais avec des couleurs plus fortes, des motifs bien plus stylisés et des références à la nature plus claires.
La Citrouille jaune devint une figure marquante de l’univers iconographique de Kusama durant cette période.

Partagez cet article:

Plus d’articles

Par les yeux de la louve de Muriel Rodolosse

Par les yeux de la louve de Muriel Rodolosse

L’artiste française nous entraîne dans un paysage sylvestre où le toxique se mêle au comestible. Une foison d’éléments aux couleurs vives émerge d’une forêt de bouleaux dont la densité semble augurer un sombre présage. Une femme louve se fond dans le décor oscillant entre les éléments, comme si ces derniers la portaient ou la faisaient tomber en même temps. Fidèle à sa technique de prédilection, l’artiste peint ”à l’envers” sur des panneaux de plexiglas monumentaux. En effet, au lieu de commencer par le fond, Muriel Rodolosse s’attèle aux détails, puis ajoute le reste de la composition par couches successives. D’ailleurs, elle explique procéder dans le même ordre que lorsque l’on contemple une personne: on commence par regarder son visage, les vêtements qu’elle porte puis pour finir le décor. De cette manière, l’artiste crée des images de la même façon que l’on perçoit notre environnement. 

In Silico n°27 de Sébastien Mettraux à ArtGenève

In Silico n°27 de Sébastien Mettraux à ArtGenève

Végétaux célestes
Préoccupé depuis longtemps par les enjeux environnementaux, Sébastien Mettraux a été marqué par la canicule qui a frappé l’Europe, changeant la physionomie de sa région natale. Etangs disparus, collines verdoyantes devenues jaunes ou animaux amaigris sont autant de signes augurant un point de non retour. D’ailleurs les dernières toiles d’In Silico se font plus aériennes, on a l’impression que les structures végétales et organiques, voire minérales, s’évaporent dans les cieux. Comme si les derniers signes de vie sur Terre avaient rendu l’âme et ne subsistaient que dans le monde virtuel. Dans ce cas de figure, l’humain ne pourrait contempler la nature qu’il a détruite que par le prisme du Metaverse, un monde où les fractales seraient générées par un code et les éléments de la nature se mueraient en une abstraction, sans pour autant l’atteindre réellement.

L’image du jour: A Doll’s House de Arvida Byström

L’image du jour: A Doll’s House de Arvida Byström

Arvida Byström s’approprie la Love Doll à la manière d’un marionnettiste. Dans A Doll’s House (2022), l’artiste suédoise se met en scène avec Harmony, la tristement célèbre poupée sexuelle AI fabriquée par Realdolls, reproduisant tantôt la Pietà de Michelangelo tantôt des poses sexy. La poupée est à la fois sujet et objet. Parfois on confond l’artiste avec  cette dernière. Arvida Byström étant une digitale native, elle  s’interroge sur la robotisation de l’humain, notamment sur les présences féminines issues de l’intelligence artificielle tel que Siri dans notre vie courante…