L’image du jour: En cascade de Vanessa Riera

par 27 février 2023Femmes sculptrices, L'image du jour

Avec une installation monumentale composée de 500 jeans morcelés, Vanessa Riera bouscule nos certitudes en matière de consommation. Telle une réponse à la déferlante de pollution liée à l’industrie du textile, En cascade (2023) vise à nous faire prendre conscience de cette problématique. En effet, nous ne rappellerons jamais assez que la fabrication d’un pantalon en denim nécessite entre 7’000 à 10’000 litres d’eau et que, du champ de coton au magasin, il parcourt en moyenne 65’000 kilomètres. A cela s’ajoute le sablage pour les jeans délavés, dont les inhalations provoquent la silicose chez les ouvriers. On retrouve les mêmes intoxications avec la technique du Stone wash, où les jeans sont usés dans une grande machine à laver à l’aide de pierres ponces. Tous ces procédés classent malheureusement le jeans au sommet des pièces les plus polluantes de notre dressing. L’impact de la production textile sur l’environnement et l’humain a conduit Vanessa Riera à utiliser uniquement des pièces d’occasion issues de la fast fashion.

A découvrir jusqu’au 4 mars à la galerie andata.ritorno // Rue du Stand 37, 1204 Genève    @ateliernolita // @andata_ritorno_lab

En cascade, 2023

Partagez cet article:

Plus d’articles

L’image du jour: Anguèli de Moufouli Bello

L’image du jour: Anguèli de Moufouli Bello

​Avec Anguèli, l’artiste béninoise Moufouli Bello nous entraîne dans un univers aux couleurs acidulées. Depuis longtemps, l’artiste s’intéresse aux inégalités sociales, mais aussi à la place de la femme noire dans la société. Elle a pour habitude de prendre pour modèle des femmes de son entourage, qu’elle peint dans des tons bleutés. Souvent, un élément se distingue par ses teintes chaudes, contrastant ainsi l’ensemble de la composition. Dans Anguèli, une femme aux ailes d’ange nous observe droit dans les yeux. Le spectateur est confronté directement au regard de la protagoniste et ne peut s’en soustraire. De la sorte, il se crée une proximité avec ce dernier. l’artiste s’affranchi des représentations habituelles de la femme africaine portant une amphore ou un enfant. Les  femmes de Moufouli Bello sont fortes, libérées de tout cliché.

L’image du jour: Ewa Juszkiewicz

L’image du jour: Ewa Juszkiewicz

Parfois, l’histoire de l’art s’évertue à réparer l’invisibilisation et le manque de reconnaissance dont des centaines d’artistes femmes ont été victimes durant des décennies. Est-ce pour ces raisons qu’Ewa Juszkiewicz substitue les visages de ses portraits féminins par des fleurs? Y-a-til un élan féministe dans le geste de mettre en avant la peinture de Élisabeth Vigée Le Brun et Adélaïde Labille-Guiard, bien moins mises en lumière que leurs confrères masculins. Une chose est certaine, Ewa Juszkiewicz n’a rien à envier aux maîtresses de la nature morte dont elle s’inspire telles que Clara Peeters et Margareta Havermandont. De cette manière, elle met à la fois en lumière le manque de visibilité des femmes ayant marqué l’histoire, tout en rendant hommage aux femmes artistes.

L’image du jour: Le ciel est par-dessus le toit de Walter Schmid

L’image du jour: Le ciel est par-dessus le toit de Walter Schmid

Walter Schmid dépeint la cruauté de la condition carcérale et le désespoir dans sa dernière exposition personnelle Les geôles de Thanatos chez andata.ritorno. La puissance émanant des oeuvres de l’artiste genevois ne laisse pas indifférent. Le spectateur est comme écrasé par ces toiles monumentales dont le support révèle une certaine fragilité.