Un objet, une oeuvre: Le ballon à sculpter

par 16 mars 2020Home sweet Home

Qui aurait cru qu’un ballon à sculpter aurait prêté sa forme à l’une des oeuvres les plus chère au monde? Ces figurines éphémères, réalisées la plupart du temps lors d’anniversaires d’enfants par des clowns, ont en effet inspiré Jeff Koons, qui obtient à nouveau le statut d’artiste vivant le plus onéreux, détrônant ainsi David Hockey avec son Portrait of an artist. Le Rabbit (1986) s’est vendu 91,1 millions de Dollars le 16 mai 2019. Ces chiffres mirobolants font partie intégrante du quotidien de l’artiste, qui en 2013 avait obtenu ce même record durant cinq ans grâce à son Balloon Dog (Orange) vendu 58,4 millions de dollars. Si Michael Faraday avait été témoin de cette vente, il en aurait été pas peu fier.

Balloon Dog (orange), 2013

C’est en 1824 que ce scientifique de renom inventa le ballon de baudruche. Initialement les ballons destinés au divertissement étaient conçus de vessie d’animaux. Michael Faraday créa un ballon avec deux feuilles de caoutchouc circulaires scellées sous pression pour ces recherches sur l’hydrogène. Malheureusement l’air d’échappait trop rapidement du ballon la paroi étant poreuse.
 
L’année suivante Thomas Hancock proposait des kits permettant de fabriquer des ballons de baudruche à domicile. Ce n’est que dans les années 1830 que le ballon de baudruche vulcanisé fut produit en masse au Royaume-Uni. En se qui concerne les ballons à sculpter, ils sont utilisés avant tout dans des spectacles de prestidigitation. En 1930, le magicien américain Henry Maar l’intègre à un de ses spectacles de Music Hall. Neuf ans plus tard, en Pennsylvanie, Herman Bonnert décrira dans un ouvrage les techniques de torsion de ballon, ce qui lui valu d’être considéré comme l’un des premiers ”Balloon Twister”. Par la suite, en Europe, des magiciens tels que Freddy Fah intégrons dans les années 1950 le twisting à leur numéro.

Ces petit animaux de polymère naturel fascine petits et grands depuis de nombreuses années. Fortement associé aux moments de réjouissances, le ballon à sculpter inspirera artistes de scène et plasticiens.  C’est en 1994 Que Jeff Koons s’emparera de leur formes iconique afin de créer des sculptures en acier chromé monumentales. En effet, l’artiste resta séparé de son fils, Ludwig Maximillian Koons, durant une longue période lors de son divorce avec la Cicciolina. De cette séparation, une multitude de batailles juridiques vont avoir lieux, notamment à propos de la garde de l’enfant. Avec une approche wahrolienne, qui ne quitte plus l’artiste depuis la série Inflatable, il intègre à son oeuvre des objets usuels à l’esthétique kitsch, souvent liés à l’enfance.Très affecté par le manque de contact avec son fils, il créé les premiers Balloon dog, en souvenir des moments heureux passé avec Ludwig. C’est ainsi qu’est née l’une des séries de sculptures contemporaines les plus médiatisées.

Balloon Swan, Balloon Monkey et Balloon Rabbit, 2017

Partagez cet article:

Plus d’articles

La grâce triomphera

La grâce triomphera

La grâce triomphera toujours. Peu importe les circonstances, elle sera à jamais plus forte. Elle illuminera les ténèbres grâce à son aura et rappellera à chacun de nous la beauté de ce monde. Elle éclairera le chemin de l’humanité.

Maux environnementaux

Maux environnementaux

Rochers incandescents, mouvement pimpant, étincelle de vie, braises ardentes, lumière astrale perçant la brume, il y a comme une alchimie minérale entre les oeuvres de l’exposition illumination.

A table! (Part 1) L’unico frutto dell’amor

A table! (Part 1) L’unico frutto dell’amor

Quand les arts de la table s’invitent chez les artistes, la vaisselle s’accumule, on dîne verticalement, la soupe industrielle devient mythique et les bananes se changent en or. De Daniel Spoerri à Subodh Gupta, tour d’horizon des créations les plus mémorables. A table!