L’objet du désir: Douceur

par 8 octobre 2019Home sweet Home / Mode

Un peu de douceur dans ce monde de brutes! Comme une envie de se fondre dans des compositions douces aux tons délicats, de baisers gourmands, de s’évader dans des nuages pastels… L’arrivée du vent et de la fraîcheur donne envie de se calfeutrer chez soi, dans un décor agréable et confortable.
Hiver: dorloter.

Bill Claps
Lotus Silhouettes, West Lake I, Positive, 2019
Médias mixtes et feuille d’or sur toile
100 x 75 cm
CHF 4’500.–

Laurent Marthaler Contemporary
https://laurentmarthaler.com

Christine Gaillard
Sans titre, 2011
Huile su toile
195 x 595cm
CHF 30’000.–
Art Bongard

Marta Zgierska
Selfkiss II, de la série Votive Figure, 2019
Impression directe sur papier Hahnemühle Photo Rag Pearl, monté sur Dibond.

Grand format 
Edition 1/3 + 2AP
130 x 92.9 cm
CHF 4’150.– hors taxes
Petit format
Edition 1/5 + 2 AP
80 x 57,2 cm
CHF 2’400.–hors taxes

Gowen Contemporary
http://www.gowencontemporary.com/

Viviane Rombaldi Seppey
Nurture, 2013
Collage d’Atlas, cartes et livre d’anatomie
39,4 × 54,6 cm
CHF 1’750.–

Dubner Moderne
https://www.dubnermoderne.ch/

Etti Abergel
Fragile / drawing object, 2019
Médias mixtes sur toile
205 x 140 cm
CHF 14’000.–

Galerie Mezzanin
http://galeriemezzanin.com/

Partagez cet article:

Plus d’articles

Gowen à Artgenève

Gowen à Artgenève

A l’occasion de la dixième édition d’artgenève, la galerie Gowen Contemporary est heureuse de présenter une sélection d’œuvres de ses artistes. Allant de la sculpture cinétique aux toiles monumentales, en passant par la photo de presse, la galerie nous réserve plein de belles surprises. RDV. au stand D42!

Artistes libanais: Abdul Rahman Katanani

Artistes libanais: Abdul Rahman Katanani

Les dernières œuvres de l’artiste ont pour sujet la liberté et la féminité. Pour l’exposition La vie à la galerie Analix Forever, il sculpte un bidon de pétrole en de délicates vulves. Issu d’une culture où le corps de la femme est tabou, l’artiste en expose ici la partie la plus intime.

Esthétique meurtrière

Esthétique meurtrière

Cet hiver, Alexandre d’Huy investit le sous-sol du campus Biotech. Entre explosions de pigments et grosses cylindrées militaires, il émane des œuvres du peintre montreuillois une puissance saisissante. A mille lieues des images sanglantes qui nous sont servies quotidiennement dans les médias, les toiles de l’artiste révèlent une toute autre esthétique de la guerre.