Palette odorante 

par 9 février 2023Art contemporain

La maison de parfumerie Memo nous invite avec chacune de ses fragrances à un voyage dont les lieux éclectiques ne cessent de nous surprendre. Grâce à ses nombreuses collaborations avec des artistes, l’expérience olfactive est prolongée. Les odeurs deviennent couleurs et les flacons se muent en destinations. 

L’art et la manière
Pour le nouveau parfum Sherwood, Memo a jeté son dévolu sur Maël Nozahic, une artiste française vivant entre Paris et Fouesnant. Depuis sa création il y a bientôt plus de 15 ans, la Maison s’entoure d’artistes, d’illustrateurs et de designers. Il y a une véritable volonté chez Clara et John Molley, les deux fondateurs de la marque, de créer un univers autour de chacune de leurs créations. Le parfum s’apparente à un voyage de senteurs et de couleurs personnifiées grâce à l’œuvre de l’artiste. Pour Sherwood, rien ne pouvait mieux illustrer les notes boisées du Santal que les paysages de Maël Nozahic.

Jungle onirique
L’artiste nous invite à voyager dans une jungle imaginaire aux tons acidulés. Souvent peuplées de créatures fantasques, les peintures de Maël Nozahic semblent narrer un conte où la couleur devient l’héroïne d’un récit psychédélique. Toujours luxuriante, la forêt se pare de nuances saturées donnant un sentiment irréel à la composition. Sur quelques toiles, certains éléments ont l’air d’échapper à l’apesanteur, créant ainsi un sentiment de légèreté. 

Tree 1, 2021
Atmoshère, 2020

Chimères burlesques
Parfois les œuvres de l’artiste se teintent d’une joie discrète qui vient troubler des loups ou autres sangliers. Qu’il s’agisse de cavaliers dont l’identité est masquée par des nuages ou de hyènes féroces, l’artiste aime affubler ses personnages d’artifices que l’on pourrait qualifier de grotesques. Carreaux et chapeaux multicolores ajoutent du rythme à la composition, la rendant encore plus fantastique. De cette manière, elle détourne les codes traditionnels assimilés à certains êtres. Les hyènes menaçantes coiffées de chapeaux pointus bigarrés ou de carrousels miniatures prennent ainsi des allures plus humaines. 

On retrouve souvent la notion d’hybridation dans les personnages de l’artiste qui, comme des chimères tout droit sorties d’un carnaval de l’étrange, se mêlent à une nature douce et vaporeuse. Malgré l’isolement des protagonistes, on perçoit les vestiges d’une ambiance festive incarnée par les carrousels et les costumes folkloriques dans les toiles de l’artiste.

Senteurs enivrantes
Dans la série d’aquarelles spécialement réalisées pour le parfum Sherwood, l’artiste laisse s’exprimer la couleur. Les ambiances boisées illustrent une promenade olfactive dont les couleurs incarnent parfaitement les senteurs de la fragrance. On se retrouve ainsi plongé en plein cœur du parfum. 

Opê, 2018

Le Cavalier, 2021
Jungle Dream, 2018

Le fléau

Série d’illustrations crées pour le parfum Sherwoods

Partagez cet article:

Plus d’articles

Le sucre n’est pas une récompense!

Le sucre n’est pas une récompense!

Ce mois de décembre, Yann Marussich investit Le commun avec une exposition pamphlétaire sur le sucre dans l’industrie agroalimentaire. L’artiste performeur et ses invités ont imaginé des sculptures, vidéos et performances mettant en garde contre cet additif addictif qui s’est immiscé sournoisement dans notre alimentation depuis plus d’un siècle.

Matières complémentaires

Matières complémentaires

Pour l’exposition L’intranquillité, la galerie Baart a créé un dialogue entre les œuvres de Michael Rampa et Christian Gonzenbach. Dans des jeux de matières propres à chacune de leurs techniques, les deux artistes suisses créent de nouvelles narrations à partir d’éléments déjà existants.

Étendre le champ des possibles

Étendre le champ des possibles

L’artiste américaine Christina Quarles réinvente le corps, gardant l’essentiel, gommant son appartenance à un genre ou à un groupe ethnique. Dans un ballet de techniques mixtes, les protagonistes interagissent entre eux et créent une dynamique traduisant leurs émotions. Cette scénographie dépasse les limites des stéréotypes dans lesquels on enferme bien trop souvent les individus.