Sélectionner une page

50 nuances de bleu

par | 9 juillet 2019 | Art contemporain, Exposition

De Prusse ou de Berlin? Le bleu envahit la galerie Analix Forever afin de s’accorder au ciel estival. Des oeuvres inédites créées spécialement pour l’occasion ainsi que d’autres à redécouvrir. Un seul mot d’ordre: rêver!

L’heure bleue
En véritable poète, Jacques Boesch nous raconte depuis bien des années le bleu à travers son oeuvre. Le bleu s’immisce, comme un fil d’Ariane, dans une série de photographies jumelée à des textes formant un carré typographique parfait. Jacques Boesch est à la fois artiste, commissaire, et conférencier. Il sera également l’ange gardien da la galerie durant l’été tous les jeudis après-midi. Parmi ces oeuvres, on pourra découvrir 50 nuances de bleu avec Bleu filigrane. A collectionner séparément, à la folie ou dans son intégralité.

Bleu filigrane

Cobalt
Un bleu empreint de métal, fruit des sillons tracés par les roues d’un fauteuil roulant esquisse la trajectoire jusqu’alors incertaine de l’artiste Jacques Coulais. Cette série d’oeuvres sur papier fut à l’origine une commande de Barbara Polla. L’artiste, tétraplégique et atteint d’un cancer du côlon, hésita longtemps avant de produire ces dessins. Ces empreintes poétiques rappellent des plumes, une légèreté contrastant avec la pénibilité du travail, induite par le poids de la chaise et celui du corps.

Outremer
Un horizon, bleu outremer. Une scène de rue. Le bleu, couleur de l’espoir ? Une promesse de liberté? Par ce cliché, mounir fatmi nous plonge dans la profondeur des eaux méditerranéennes. On y découvre des badauds regardant au loin la mer, telle une promesse d’avenir, ou une simple contemplation. La mer, tel un miroir, nous renvoie nos propres préoccupations.

Cette photo fait écho à la vidéo de Marin Raguz. Ici, on découvre trois plans-séquences de trois plages durant 24 heures. Détail amusant: cette vidéo est projetée en adéquation avec notre fuseau horaire. Lorsqu’il est 16h à Genève, il est 16h à Copacabana.

Le mur (2013)

Bleu nuit
Lorsque la nuit tombe dans le film de Marin Raguz, plongeant ainsi la salle de projection dans l’obscurité, le tableau d’Eric Winarto, accroché juste à côté, brille de mille feux. La lumière noire fait apparaître l’ouverture d’une grotte, striée par des troncs de mélèzes s’apparentant à des cheveux d’ange. Lorsque nous sommes à la lumière du jour, tout disparait et l’horizon devient blanc. Ces végétaux dansant au vent sont caractéristiques de l’oeuvre de Winarto. On retrouve notamment des brindilles consumées par le feu dans Le dernier voyage du Phoenix ou encore dans Mélèze.

Bleu Maya
A l’entrée de l’exposition flotte une robe bleue maya à mi-chemin entre l’oeuvre d’art et l’art appliqué. Une robe d’un bleu portant le même nom que sa créatrice Maya Kaadan, diplômée de la Head. Elle confie être constamment à la recherche d’un équilibre entre l’artisanat, le design et l’art contemporain. Le nom de sa ligne de vêtements et d’accessoires ”Atelier 8/02” rend hommage à sa mère née un 8 février. Chaque pièce est conçue par des femmes réfugiées au Liban, souvent en situation de précarité.

Turquoise
Il est difficile de ne pas évoquer le turquoise lorsque l’on parle d’une exposition consacrée au bleu. Ici, le turquoise est incarné par le bleu de la mer de Perama, ancien bidon-ville d’Athènes. Là-bas, Anne-Marie Imhoof, signant ses toiles par les initiales AMI, sublimait le chantier naval de ce quartier alors en pleine activité. Aujourd’hui, un quotidien grecque a déclaré qu’il n’y avait pas d’avenir à Perama. A cette phrase réductrice, Barbara Polla, fille d’AMI, répond avec Sharing Perama par un projet artistique visant à faire redémarrer l’activité culturelle de ce lieu en intégrant notamment des oeuvres de Robert Montgomery dans l’espace public.

Le grand Bleu
Julien Serve se plaît a dire que ses mains sont son cerveau. En effet, elles viennent ponctuer la plupart de ces oeuvres, que ce soit dans le recueil de poème Ivory Honey ou encore dans cette dernière série de dessins où elles semblent pénétrer dans un liquide outremer. On y découvre aussi des photos aux tons bleus prises lors de la création d’un ce ses portraits au trait. Pour lui, le bleu est la couleur de la mémoire. Il a réalisé le portrait de son grand-père en 29’783 +1 traits de crayon. 29’783 représente le nombre de jours que son grand-père à vécu.

Bleu céleste
Pour l’aparté, le nouvel espace de la galerie, Carine Bovey c’est ré-approprié La création d’Adam de Michel-Ange. Une fresque aux couleurs lumineuses orne le plafond. Dans les cieux, Dieu est représenté sous les traits d’une femme entourée de ses Saints (aux allures de seins) et d’un ange gourmand. Une touche d’humour dans ce paradis où ciel et terre ne font plus qu’un. Les êtres semblent évoluer dans une harmonie propice à l’égalité.

Bleu de minuit
Affectionnant d’habitude plutôt le bordeau, Maro Michalakakos s’est plié au thème en réalisant à cette occasion une oeuvre d’un bleu de sombre. Dans son univers placé à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire, ses oeuvres en velours découpées au scalpel font apparaître un volatile aux airs mythologiques.

Partagez cet article:

Plus d’articles

Affichage sauvage

Cet automne, l’artiste suisse Barbara Cardinale prend possession des murs du Club d’art contemporain. Avec ces silhouettes féminines aux têtes d’animaux, véritable hommage à la thériocéphalie, l’artiste joue avec les superpositions, au sens littéral comme au figuré!

L’été indien

Non, ce n’est pas fini! L’exposition collective estivale de la galerie Dubner Moderne se prolonge jusqu’en automne. Comme pour laisser un sursis à nos vacances, les artistes nous embarquent dans un voyage, afin de continuer à rêver…

Et… plouf! Olaf Breuning

Ambiance flower power à l’Hotel Standard de Miami. Lors de Art Basel en 2010, le spa Six Scents a mandaté l’artiste Olaf Breuning pour concevoir une installation. Faites l’amour, pas la guerre… dans le bassin froid extérieur du spa flottent 300 balles anti-stress en forme de seins et des centaines de fleurs en plastique.