L’apéro du Chat: Heineken 0.0 

par 21 janvier 2022Art contemporain, Billet d'humeur

Vendredi 21 janvier 2022

Après un mois d’absence, Le Chat Perché a repris du poil de la bête! Janvier étant un temps qui pousse à hiberner, j’ai pris le taureau par les cornes et ai donc décidé de faire le Dry January. 

Il faut dire qu’il n’y a pas un chat dans les bars avec ce froid de canard, de quoi vous filer le cafard! Au début, j’ai cru devenir chèvre, mais cela n’a pas duré, car lorsqu’on a d’autres chats à fouetter, on ne peut déprimer. Il faut dire que les galeries et les musées nous offrent de quoi s’évader avec leurs sélections d’œuvres d’artistes émergents et celles d’autres, connus comme le loup blanc.

Du coup, je me lève dès potron-minet pour avoir le temps d’accomplir toutes mes tâches. Cette année, je me suis donné un mal de chien pour vous livrer de belles interviews et une sélection d’expositions d’exception. 

Maintenant je me couche avec les poules, tout en restant sobre. Il faut dire que j’avais tendance à monter sur mes grands chevaux avec tout le stress accumulé durant les fêtes. Comme chat échaudé craint l’eau froide, je sais bien que je ne pourrai pas éviter de me retrouver chargé comme un mulet, surtout en tant que passionné. 

Mais revenons à nos moutons, je ne suis ni une oie blanche, ni une poule mouillée et c’est promis, je continuerai de partager le travail des artistes chers à mon cœur. 

Mai-Thu Perret, Little Planetary Harmony (2006)
A lire:
Mai-Thu Perret: Utopie appliquée

Rasheed Araeen, Arctic Circle, 1982-1988

Partagez cet article:

Plus d’articles

L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

Chez Phinn Sallin-Mason, les caractéristiques attribuées aux genres s’inversent et rendent leurs frontières floues. L’artiste, effectuant actuellement un bachelor en photographie à l’Ecal, aime brouiller les pistes et amène à nous interroger sur les constructions sociales qui nous enferment dans des rôles bien souvent stéréotypés.

Anima Mundi, le vernissage

Anima Mundi, le vernissage

Si l’âme du monde devait prendre forme sous nos yeux, on espérerait qu’elle charrierait la beauté de l’humanité, qu’elle serait porteuse d’un espoir dont nous avons plus que jamais besoin. Les artistes Philippe Fretz, Michael Rampa et Jérôme Stettler se sont penchés sur des thèmes universels en créant un dialogue ouvert entre leurs œuvres. Retour sur le vernissage du 1er juin.

Au-delà des apparitions

Au-delà des apparitions

Cet hiver, la fondation Louis Vuitton présente dans sa galerie 3 un solo show de Xie Lei. L’artiste chinois nous immerge dans un univers fantasmagorique, peuplé d’apparitions. Véritable voyage au cœur de camaïeux oscillant entre le vert émeraude et le vert de Sèvres, le peintre nous livre l’expression de ses pensées sur l’existence.