L’apéro du Chat: Heineken 0.0 

par 21 janvier 2022Art contemporain, Billet d'humeur

Vendredi 21 janvier 2022

Après un mois d’absence, Le Chat Perché a repris du poil de la bête! Janvier étant un temps qui pousse à hiberner, j’ai pris le taureau par les cornes et ai donc décidé de faire le Dry January. 

Il faut dire qu’il n’y a pas un chat dans les bars avec ce froid de canard, de quoi vous filer le cafard! Au début, j’ai cru devenir chèvre, mais cela n’a pas duré, car lorsqu’on a d’autres chats à fouetter, on ne peut déprimer. Il faut dire que les galeries et les musées nous offrent de quoi s’évader avec leurs sélections d’œuvres d’artistes émergents et celles d’autres, connus comme le loup blanc.

Du coup, je me lève dès potron-minet pour avoir le temps d’accomplir toutes mes tâches. Cette année, je me suis donné un mal de chien pour vous livrer de belles interviews et une sélection d’expositions d’exception. 

Maintenant je me couche avec les poules, tout en restant sobre. Il faut dire que j’avais tendance à monter sur mes grands chevaux avec tout le stress accumulé durant les fêtes. Comme chat échaudé craint l’eau froide, je sais bien que je ne pourrai pas éviter de me retrouver chargé comme un mulet, surtout en tant que passionné. 

Mais revenons à nos moutons, je ne suis ni une oie blanche, ni une poule mouillée et c’est promis, je continuerai de partager le travail des artistes chers à mon cœur. 

Mai-Thu Perret, Little Planetary Harmony (2006)
A lire:
Mai-Thu Perret: Utopie appliquée

Rasheed Araeen, Arctic Circle, 1982-1988

Partagez cet article:

Plus d’articles

Gowen à Artgenève

Gowen à Artgenève

A l’occasion de la dixième édition d’artgenève, la galerie Gowen Contemporary est heureuse de présenter une sélection d’œuvres de ses artistes. Allant de la sculpture cinétique aux toiles monumentales, en passant par la photo de presse, la galerie nous réserve plein de belles surprises. RDV. au stand D42!

Artistes libanais: Abdul Rahman Katanani

Artistes libanais: Abdul Rahman Katanani

Les dernières œuvres de l’artiste ont pour sujet la liberté et la féminité. Pour l’exposition La vie à la galerie Analix Forever, il sculpte un bidon de pétrole en de délicates vulves. Issu d’une culture où le corps de la femme est tabou, l’artiste en expose ici la partie la plus intime.

Esthétique meurtrière

Esthétique meurtrière

Cet hiver, Alexandre d’Huy investit le sous-sol du campus Biotech. Entre explosions de pigments et grosses cylindrées militaires, il émane des œuvres du peintre montreuillois une puissance saisissante. A mille lieues des images sanglantes qui nous sont servies quotidiennement dans les médias, les toiles de l’artiste révèlent une toute autre esthétique de la guerre.