Apparitions décomposées

par 28 avril 2021Art contemporain

Pour sa 4ème exposition à la Galerie Heinzer Reszler, l’artiste grison Mirko Baselgia nous propose une promenade en forêt à travers ses toiles minimalistes. Tels des spectres en nivaux de gris, les halos des coprins chevelus rythment le blanc des toiles aux tons écrus. 

Pour le 4ème volet de la série Coprinus Comatus, Mirko Baselgia appréhende le thème du coprin chevelu de manière innatendue. Cette fois, il ne se contente plus d’utiliser le jus de ce champignon, mais il le suspend au dessus d’une fine toile, le laissant ainsi répandre ses spores sur le coton brut.

Ce champignon commun répand ses spores de manière curieuse. En effet, il se perpétue lors de sa déliquescence en exsudant un liquide sombre et gluant. Cette encre qui lui vaut d’être cueilli dès le 18ème siècle est utilisée autant pour le dessin que pour l’écriture. A l’époque où les courriers électroniques n’existaient pas, ce champignon disposait donc des lettres écrites pour distribuer encore plus loin ses spores. L’artiste voit dans cela une métaphore de l’expansion planétaire de l’humanité. 

Coprinus Comatus – Four in the field, 2020
© Stefan Altenburger
Coprinus Comatus – Cirle, 2020
© Stefan Altenburger

On peut déceler une nouvelle interprétation de la vanité dans les tableaux de Mirko Baselgia. Le côté éphémère de notre passage sur terre, de même que les traces qu’on laisse derrière nous sont des concepts qui nous viennent à l’esprit. Si la décomposition du champignon nous renvoie à l’altération de nos propres corps, l’ensemble de l’oeuvre réanime en nous le sentiment de faire partie d’un tout.

En scrutant ces oeuvres, on peut apercevoir des petites tâches causées par des insectes. Durant le processus, ces derniers ont mangé des parties du pigment naturel, laissant apparaître le blanc de la toile. Malgré leur abstraction, les oeuvres de l’artiste mettent en lumière le rapport demeurant entre toutes formes de vies.

Comme la pousse du coprin chevelu ne dure que deux semaines au mois d’octobre, l’artiste et ses assistants ont été contraints de les cueillir durant cette très brève période. Cela a impliqué un grand travail de préparation en amont. Pour la plupart des toiles, la disposition des tâches et halos sont orchestrées par l’artiste, bien que deux oeuvres comprennent la disposition originale de champignons dans les bois.

 

Sur Coprinus Comatus – Cirle (2020), les halos confèrent un aspect mystérieux à la composition. L’abstraction permet une interprétation libre de l’oeuvre au spectateur. Chacun peut projeter son imaginaire dans les toiles de Baselgia. 

IMAGINE A WHITE SURFACE WITH IRREGULAR BLACK SPOTS
Jusqu’au 15 mai

Galerie Heinzer Reszler
Rue des Côtes-de-Montbenon 1-3-5
1003 Lausanne
https://www.heinzer-reszler.com/

© Julien Gremaud

Partagez cet article:

Plus d’articles

Anima Mundi, le vernissage

Anima Mundi, le vernissage

Si l’âme du monde devait prendre forme sous nos yeux, on espérerait qu’elle charrierait la beauté de l’humanité, qu’elle serait porteuse d’un espoir dont nous avons plus que jamais besoin. Les artistes Philippe Fretz, Michael Rampa et Jérôme Stettler se sont penchés sur des thèmes universels en créant un dialogue ouvert entre leurs œuvres. Retour sur le vernissage du 1er juin.

Au-delà des apparitions

Au-delà des apparitions

Cet hiver, la fondation Louis Vuitton présente dans sa galerie 3 un solo show de Xie Lei. L’artiste chinois nous immerge dans un univers fantasmagorique, peuplé d’apparitions. Véritable voyage au cœur de camaïeux oscillant entre le vert émeraude et le vert de Sèvres, le peintre nous livre l’expression de ses pensées sur l’existence.

Images vagabondes

Images vagabondes

Dans un périple reliant deux mégapoles, l’artiste jurassienne Christiane Yvelin nous invite à nous perdre dans des paysages brumeux empreints de poésie. Teintés de bleus, puis se réchauffant au fil de la journée, les clichés révèlent des éléments semblant insignifiants mais qui constituent la beauté d’une image.