Et… plouf! Leandro Erlich

par 4 juin 2019Art contemporain, Et plouf!

Mouillée, azurée et hydratée, voici notre chronique de l’été. Hommage aux œuvres autour des piscines. Et… Plouf!

Port du maillot de bain… facultatif! Pas besoin de se mouiller pour piquer une tête dans la piscine de Leandro Erlich puisque ici, tout est illusion. En effet, depuis 2004, Swimming Pool (1999) a élu domicile au musée d’art contemporain de Kanawaza au Japon. Cette installation s’inscrit dans l’art du Trompe l’œil, une pratique savamment maîtrisée par l’artiste argentin. Présentée pour la première fois à la biennale de Venise en 2001, la fausse piscine possède à sa surface un plateau de verre acrylique recouvert d’une couche de 15 centimètres d’eau, fermée par un plateau de verre acrylique. On peut y accéder par le sous -sol tout en restant au sec et ainsi admirer, sans plisser les yeux, les méandres causés par la distorsion de l’eau au gré du vent. Depuis la surface, on est intrigué d’apercevoir les visiteurs se mouvoir entièrement vêtus au fond de la piscine. L’artiste aime déstabiliser le spectateur. Adulé non seulement par le microcosme de l’art contemporain, l’artiste touche un public élargi en leur proposant de vivre une expérience. Lorsque nous sommes au contact de cette œuvre, nous devenons acteur et contribuons à matérialiser l’idée et l’illusion de l’artiste. Est-ce qu’un objet existe s’il n’y a personne pour le voir? Cette interactivité entre le spectateur et l’œuvre la rend vivante. Bercés d’une douce illusion, on aime se perdre dans cette cavité aux reflets turquoises, sanctuaire de notre imaginaire. Et… plouf!

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.