En 1958, François Morellet opte pour des structures aléatoires dans sa Répartition aléatoire de triangles suivant les chiffres pairs et impairs d’un annuaire de téléphone (Random Distribution of Triangles Using the Odd and Pair Numbers of a Annuaire téléphonique), il ne pensait pas aux exemples précédents de Cage. On ne peut pas exclure que Morellet, un mélomane averti et exigeant, connaissait les partitions américaines, mais ici l’influence était le Duo-Collages, conçu quarante ans auparavant «selon les lois du hasard» par Sophie Taeuber Arp et Jean Arp. Morellet avait été initié à ces œuvres par Ellsworth Kelly, mais son engagement croissant pour le «systématique» fut également le fruit de sa rencontre avec les Molnars en 1957. La photo de 1958 marqua le début de sa période de maturité et fut suivie tout au long de sa carrière par des œuvres éclairées par des «jeux de logique et de hasard». Peu importe s’ils étaient en deux ou trois dimensions. Peintures ou sculptures. En matériaux «traditionnels», entraînés par des moteurs et / ou comprenant des dispositifs d’éclairage. Leur credo est resté le même et n’a jamais perdu son attachement au hasard, aux programmes et aux systèmes.


François Morellet - Les Jeux de la logique et du hasard
kamel mennour
jeudi 23 Jan 2020 au samedi 14 Mar 2020

kamel mennour
47 rue Saint-André-des-Arts
75006 Paris
France

Etiquettes