La féérie du funèbre

par 18 juillet 2019Art contemporain

Promenons-nous dans les bois… après le passage du loup! Une ambiance mystérieuse règne sur un lieu de désolation où le temps semble s’être figé dans une féérie funeste. A la lueur des guirlandes lumineuses, nous entrons dans l’univers onirique de l’artiste Christine Boillat.

Dans Edgeland (2019), un dessin monumental long de 5 mètres, se déroule une scène aux dimensions inquiétantes dans un paysage sylvestre. Entre des arbres, on distingue des tentes éclairées par des guirlandes d’ampoules suspendues à des perches immergées dans l’eau s’approchant dangereusement de ce lieu de vie. Cet éclairage, dont l’usage habituel serait plutôt festif, souligne les plis des étoffes de ces abris de fortune et accentuent encore plus le côté irréel de la scène. L’artiste, habituée à dessiner des chapiteaux, a substitué ces derniers par des tentes. Appartiennent-elles à de migrants ou des personnes sans domicile fixe? Au loin, des personnages sur des échasses se confondent aux arbres. Ils semblent s’élever au-dessus des eaux, fuyant ainsi l’inondation. Sont-ce les survivants d’un naufrage économique ou politique? Ces personnages sans visage ni genre nous donnent l’impression d’appartenir à une autre réalité. On retrouve ces éléments dans la plupart des oeuvres de l’artiste, évoluant dans un décor emprunt de mystère. Parfois agrémentés d’une touche de couleur, ils dégagent néanmoins une certaine mélancolie.

L’accident, une notion importante dans ce dessin au fusain est renforcé par l’intervention de Nina Haab. L’installation Ruine N.2 (2019) vient perturber le mouvement de l’eau du dessin déroulé jusqu’au sol. Ce tabouret recouvert de sable est renversé sur le bas du dessin. Le meuble laissé à l’abandon fait écho aux tentes de Christine Boillat. De l’enfance qu’on laisse derrière nous, les souvenirs peuvent ressurgir dans nos rêves et créer une atmosphère à la fois gaie et déstabilisante.

L’abandon est un thème récurrent chez Nina Haab que l’on retrouve dans Facciamo un gioco (2018), un court métrage narrant le quotidien de deux enfants vivant dans la vallée de Blenio au Tessin. Cette région s’est dépeuplée au fil du temps à cause de l’exode rural. Les deux protagonistes quant à eux ne s’imaginent pas devoir quitter un jour leur territoire et s’inventent des jeux dans les paysages montagneux à proximité.

Edgeland
Du 15 juin au 13 juillet
Christine Boillat et Nina Haab

https://le-chat-perche.ch/lieux/duflonracz/

Edgeland de Christine Boillat, 2019 et Ruine N.2 de Nina Haab, 2019
Les échasses, 2014
Série Les guerriers, 2019

Partagez cet article:

Plus d’articles

L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

L’image du jour : Ilénia and Erwan de Phinn Sallin-Mason

Chez Phinn Sallin-Mason, les caractéristiques attribuées aux genres s’inversent et rendent leurs frontières floues. L’artiste, effectuant actuellement un bachelor en photographie à l’Ecal, aime brouiller les pistes et amène à nous interroger sur les constructions sociales qui nous enferment dans des rôles bien souvent stéréotypés.

Anima Mundi, le vernissage

Anima Mundi, le vernissage

Si l’âme du monde devait prendre forme sous nos yeux, on espérerait qu’elle charrierait la beauté de l’humanité, qu’elle serait porteuse d’un espoir dont nous avons plus que jamais besoin. Les artistes Philippe Fretz, Michael Rampa et Jérôme Stettler se sont penchés sur des thèmes universels en créant un dialogue ouvert entre leurs œuvres. Retour sur le vernissage du 1er juin.

Rencontre avec Marta Ponsa

Rencontre avec Marta Ponsa

Saviez-vous que le modèle de l’Ophélie de Millais était Elizabeth Siddal, une poétesse et artiste talentueuse dont le travail reste à ce jour assez méconnu du grand public ?