L’image du jour: This Will Not End Well de Nan Goldin

par 1 janvier 2023L'image du jour

Nan Goldin est l’une des artistes les plus discutées et les plus controversées de notre époque. Dans six salles au design unique, l’exposition rétrospective “Ça ne finira pas bien” est présentée. Découvrez le talent artistique de Nan Goldin sous la forme d’un diaporama avec son et musique, où des milliers de photographies sont disposées dans des histoires d’amour, d’intimité, de dépendance et de perte. Avec des instantanés non filtrés et tendres de l’intimité et des relations, de la vie quotidienne, des fêtes sauvages et de la lutte entre l’indépendance et la dépendance, Nan Goldin a marqué notre époque de manière inoubliable. “This Will Not End Well” embrasse, en tant que première exposition, la vision originale de Goldin de la façon dont son œuvre doit être vécue. En se concentrant entièrement sur des diaporamas et des installations vidéo, l’exposition revient aux racines de l’art de Goldin.

Jusqu’au 26 février

Moderna Museet
Slupskjulsvägen 7–9
SE-103 27 Stockholm
Suède

Partagez cet article:

Plus d’articles

Par les yeux de la louve de Muriel Rodolosse

Par les yeux de la louve de Muriel Rodolosse

L’artiste française nous entraîne dans un paysage sylvestre où le toxique se mêle au comestible. Une foison d’éléments aux couleurs vives émerge d’une forêt de bouleaux dont la densité semble augurer un sombre présage. Une femme louve se fond dans le décor oscillant entre les éléments, comme si ces derniers la portaient ou la faisaient tomber en même temps. Fidèle à sa technique de prédilection, l’artiste peint ”à l’envers” sur des panneaux de plexiglas monumentaux. En effet, au lieu de commencer par le fond, Muriel Rodolosse s’attèle aux détails, puis ajoute le reste de la composition par couches successives. D’ailleurs, elle explique procéder dans le même ordre que lorsque l’on contemple une personne: on commence par regarder son visage, les vêtements qu’elle porte puis pour finir le décor. De cette manière, l’artiste crée des images de la même façon que l’on perçoit notre environnement. 

In Silico n°27 de Sébastien Mettraux à ArtGenève

In Silico n°27 de Sébastien Mettraux à ArtGenève

Végétaux célestes
Préoccupé depuis longtemps par les enjeux environnementaux, Sébastien Mettraux a été marqué par la canicule qui a frappé l’Europe, changeant la physionomie de sa région natale. Etangs disparus, collines verdoyantes devenues jaunes ou animaux amaigris sont autant de signes augurant un point de non retour. D’ailleurs les dernières toiles d’In Silico se font plus aériennes, on a l’impression que les structures végétales et organiques, voire minérales, s’évaporent dans les cieux. Comme si les derniers signes de vie sur Terre avaient rendu l’âme et ne subsistaient que dans le monde virtuel. Dans ce cas de figure, l’humain ne pourrait contempler la nature qu’il a détruite que par le prisme du Metaverse, un monde où les fractales seraient générées par un code et les éléments de la nature se mueraient en une abstraction, sans pour autant l’atteindre réellement.

L’image du jour: A Doll’s House de Arvida Byström

L’image du jour: A Doll’s House de Arvida Byström

Arvida Byström s’approprie la Love Doll à la manière d’un marionnettiste. Dans A Doll’s House (2022), l’artiste suédoise se met en scène avec Harmony, la tristement célèbre poupée sexuelle AI fabriquée par Realdolls, reproduisant tantôt la Pietà de Michelangelo tantôt des poses sexy. La poupée est à la fois sujet et objet. Parfois on confond l’artiste avec  cette dernière. Arvida Byström étant une digitale native, elle  s’interroge sur la robotisation de l’humain, notamment sur les présences féminines issues de l’intelligence artificielle tel que Siri dans notre vie courante…