Nuances complémentaires

par 7 novembre 2022Art contemporain

Cet automne, le bâtiment de la HEAD situé au boulevard James Fazy se pare de couleurs vibrantes. L’installation 2 complémentaires travaille in situ Genève (2022) de Daniel Buren vient compléter les 22 œuvres du parcours artistique heart@geneva. 

Sur 17 sites emblématiques se déploie la sélection de Marietta Bieri, fondatrice de l’association, mettant en dialogue les sculptures et installations de jeunes artistes avec le décor urbain. Le but de cette biennale est de mettre en avant de jeunes créateurs tout en y incorporant le travail d’artistes confirmés. Pour cette troisième édition, l’invité d’honneur Daniel Buren s’est emparé de la façade de la HEAD, située juste à coté de l’hôtel Cornavin. Construit par les architectes Henri Bourrit et Jacques Simmler en 1877, cet édifice fut initialement assigné à l’école des arts industriels puis, par la suite, à l’école des arts décoratifs de Genève. Depuis, cette dernière a fusionné avec l’école des beaux arts pour devenir la HEAD. 

Daniel Buren, 2 Complémentaires, travail in situ, HEAD, Genève, octobre 2022 Détail © DB-ADAGP Paris /Fanny Laumonier
Daniel Buren, 2 Complémentaires, travail in situ, HEAD, Genève, octobre 2022 Détail © DB-ADAGP Paris /Fanny Laumonier

Il n’est pas anodin d’avoir choisi ce lieu, car en laissant carte libre à Daniel Buren pour l’habillage du bâtiment, heart@geneva met physiquement en relation les élèves avec le travail d’un artiste réputé. En effet, 8 panneaux en bois se lovent dans les creux des arcades murées de l’école. Les fenêtres sont également recouvertes de films translucides bicolores. Le projet est né en 2019, lors d’une discussion entre la fondatrice et l’artiste à Art Basel. Après beaucoup d’aller-retours, le projet n’ayant pas été simple à réaliser, 2 complémentaires travaille in situ Genève voit le jour. En effet, le bâtiment étant classé, il n’était pas possible de perforer ces briques rouges. Il a fallu trouver un sytème avec des étaux de bois coulissants pour permettre l’installation des panneaux monumentaux, Benoît Dubesset, l’architecte responsable du projet, a d’ailleurs beaucoup œuvré afin de régler ce défi technique. Ainsi, l’annexe de la HEAD se voit re-découpée par 8,7 centimètres, la fameuse mesure de Buren, révélant la symétrie du bâtiment. 

C’est en 1965 que l’artiste a décidé de limiter sa peinture à des rayures verticales de 8,7 cm. Cette unité, il s’en est inspirée des toiles décoratives à rayures rappelant les stores des cafés qu’il achetait au marché Saint-Pierre à Paris durant cette même année. Deux ans plus tard, ces rayures devinrent un outil de création visuelle. Avec ces motifs géométriques, l’artiste change la perception que l’on a d’un édifice, révélant leur beauté cachée. C’est d’ailleurs lui qui a introduit la notion d’In Situ dans l’art contemporain, ses créations étant réalisées uniquement pour un lieu précis et ne pouvant être déplacées. Daniel Buren est connu mondialement pour Les deux plateaux (1986) dans la cour du Palais Royal de Paris et la Observatory of Light (2016-2017), une structure verrière monumentale entourant la fondation Louis Vuitton pour l’art contemporain. 

Dialogue entre des œuvres et des sites emblématiques

  1. Prune Nourry > Basilique Notre-Dame
  2. Daniel Buren > Bâtiment historique de la HEAD-Genève
  3. Jonathan Delachaux > Cathédrale Saint-Pierre
  4. Hugo Langlade > Ciné 17
  5. Anaïs Balmon > Cour du Collège Calvin
  6. Samuel Pajand > Cour du Collège Calvin
  7. Anoush Abrar > Fondation Baur (Musée des arts d’Extrême-Orient)
  8. Vicente Lesser Gutiérrez > Cour de l’Hôtel de Ville
  9. Stefan Banz >Jardin Anglais
  10. Alex Howling > L’Abri-Madeleine
  11. Denis Savary > Maison Tavel
  12. Lou Cohen > Mur de l’observatoire
  13. Jan Steenman > Cour du Palais de Justice
  14. Abigail Janjic > Place Charles-Sturm
  15. Marine Gilles > Place de Neuve, esplanade du Grand Théâtre de Genève
  16. Anaïs Wenger > Place de Neuve devant la statue du Général Guillaume Henry Dufour.
  17. Emilie Ding > « Tour de Rive » Immeuble Marc-Joseph Saugey

Visites guidées du parcours

 
  • Les mercredis 9 et 16 novembre – RDV  à 12h15 devant le Grand Théatre de Genève
  • Les vendredis 4, 18 et 25 novembre – RDV  à 12h15 devant le Grand Théatre de Genève
  • Le samedi 12 novembre –  RDV à 14h30 devant le Grand Théatre de Genève
Daniel Buren, 2 Complémentaires, travail in situ, HEAD, Genève, octobre 2022 Détail © DB-ADAGP Paris /Fanny Laumonier

Partagez cet article:

Plus d’articles

Accords favoris

Accords favoris

Avec La favorite, Barbara Polla nous entraîne dans une ballade érotique dont la musicalité fait résonance aux notes du pianiste Alain Riad.Ce roman mélodique, parsemé d’anecdotes parfois fantasmées, d’art et de poésie donne naissance a une symphonie d’émotions parfois surprenantes.

Shopping list: Marché de Noël artistique

Shopping list: Marché de Noël artistique

Pour les fêtes de fin d’année surprenez votre entourage en offrant des cadeaux originaux tout en soutenant les galeries et créateurs locaux. Le Chat perché a sélectionné pour vous des créations d’artistes et auteurs qui lui tiennent à coeur! 

Intrusion digitale

Intrusion digitale

Lorsque la peinture académique côtoie des figures issues du manga et de la culture populaire, nous sommes bien dans l’imaginaire de Yannick Lambelet. L’artiste suisse détourne les images connues de tous, tout en jouant avec les codes fétichistes homo-érotiques. Il réinvente ainsi un nouveau langage iconographique propre aux millennials.