Together We Shine Brighter

par 14 septembre 2020Art contemporain

Dans une harmonie de couleurs chatoyantes, les motifs évanescents de Crystel Ceresa répondent aux tracés vibrants de Daniel Orson Ybarra, transportant l’observateur dans un monde onirique.

La première émotion ressentie en découvrant l’accrochage dans la galerie Laurent Marthaler est empreinte de bien-être, de positivité et, en cette période particulièrement trouble, inutile de préciser à quel point on en a besoin! Des toiles exposées aux murs rayonne une force positive, véritablement revigorante. Un appel irrésistible à venir les contempler et à s’oublier dans les jeux de perception qu’elles déploient. 

 

Transfiguration des éléments

Les oeuvres de Crystel Ceresa évoquent ici des éléments aussi insaisissables que fascinants tels que la lumière, l’eau ou l’air. Les similitudes entre les aspect d’objets cosmiques et terrestres tels que les météores et les coraux, ou les remous de l’eau et les nébuleuses, apparaissent ici comme l’écho d’un lien nous unissant à l’infini. Ce sentiment de faire partie d’un tout, d’appartenir à quelque chose qui nous dépasse et nous transcende se ressent. De la même manière qu’on se laisserait envoûter par l’écoulement d’une cascade, les “aurores boréales” de l’artiste nous invitent à la méditation. Nous ne sommes pas face à des contours nets et précis, mais à des traces qui semblent aussi éphémères et insaisissables que nos existences. A proximité, une délicate orchidée semble avoir été capturée sur la toile alors qu’elle s’évaporait dans le cosmos. Douceur, fragilité et délicatesse infinie en émane. Le petit, le grand, la vie, la mort, les traces que l’on laisse, le destin… Tout en douceur, ces oeuvres nous convient à la méditation et nous enveloppent d’une aura apaisante.

Vibrations parallèles

Les oeuvres de Daniel Orson Ybarra semblent provenir d’une galaxie toute proche, voire parallèle. Il nous semble percevoir, à travers les lignes peintes, les mirages d’une autre réalité. Avec générosité, l’artiste nous explique son cheminement créatif. Tout commence alors qu’il décide de s’isoler plusieurs jours dans son atelier afin de se consacrer exclusivement à son art. Une expérience comparable à une retraite méditative: se déconnecter du reste du monde pour explorer pleinement celui, non moins riche, du subconscient. Entièrement absorbé par son travail, il peint sans relâche. Très vite, ses créations métamorphosent son environnement. Les tonalités et motifs qu’il travaille le poursuivent dans ses rêves: des lignes, des formes et des couleurs qui le mènent à l’aboutissement d’un processus. Il obtient des images si précises qu’il entreprend de les concrétiser dès son réveil. Par coups de pinceaux, l’oeuvre rêvée se matérialise sur la toile. S’ensuit d’autres pièces.

Constituées de plusieurs couches, elles stimulent une illusion de profondeur. Sur le fond, des motifs organiques rappellent des branches d’arbres ou autres végétaux. Ceux-ci sont recouverts d’un enchevêtrement de lignes verticales de couleurs vives, donnant à l’observateur l’impression de plonger dans une autre dimension. Cerise sur le gâteau: composés de pigments phosphorescents, ces créations s’habillent d’un tout autre éclat dans l’obscurité, soulignant leur origines oniriques… Issues de ce dialogue entre le réel et l’irréel, ces toiles jouent avec nos perceptions en instillant énergie et bien-être par leurs couleurs rayonnantes.

L’exposition est ouverte jusqu’au 30 septembre à Montreux.
Pour ceux qui ne pourraient se déplacer, la galerie Marthaler propose une visite virtuelle sur son site web.

Together We Shine Brighter
Crystel Ceresa et Daniel Orson Ybarra
du 3 au 30 septembre 2020
Laurent Marthaler Contemporary

Grand Boréal, Crystel Ceresa, 2020

 

Epiphany 21, Daniel Orson Ybarra, 2020
Epiphany 6, Daniel Orson Ybarra, 2020
Meteor 3, Crystel Ceresa, 2020
Black Iris, Crystel Ceresa, 2020

Partagez cet article:

Plus d’articles

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Femmes sculptrices: Berlinde de Bruyckere

Avec ses sculptures intrigantes, l’artiste belge Berlinde De Bruyckere évoque la fragilité de l’homme, la souffrance physique mais aussi les forces de la nature. L’utilisation de matériaux naturels insuffle vie dans ses oeuvres, les rendant à la fois dérangeantes et énigmatiques.

L’art du fétichisme

L’art du fétichisme

Synonyme de fantasme, le fétichisme fascine depuis des siècles les artistes grâce son esthétique sculpturale mais aussi par son côté régressif, voire tabou. Qu’il révèle nos pensées les plus primaires ou qu’il devienne un objet de revendication, le fétichisme ne s’est jamais autant affiché depuis ces dernières années. Lorsqu’il s’agit de faire fantasmer, les jeunes artistes suisses ne sont pas en reste. Immersion dans les coulisses du désir.

Le corps dématérialisé

Le corps dématérialisé

Si l’on voulait concentrer dans un seul et même espace les dernières préoccupations à propos de son existence, l’exposition “Zwei kühle Zwergelefanten fressen Einfühlungsüberschuss mit Pfirsicharoma “ d’Yves Netzhammer au Haus Konstruktiv répond parfaitement à ce challenge! L’artiste nous convie à un voyage oscillant entre le numérique et l’analogique.