Together We Shine Brighter

par 14 septembre 2020Art contemporain, Exposition

Dans une harmonie de couleurs chatoyantes, les motifs évanescents de Crystel Ceresa répondent aux tracés vibrants de Daniel Orson Ybarra, transportant l’observateur dans un monde onirique.

La première émotion ressentie en découvrant l’accrochage dans la galerie Laurent Marthaler est empreinte de bien-être, de positivité et, en cette période particulièrement trouble, inutile de préciser à quel point on en a besoin! Des toiles exposées aux murs rayonne une force positive, véritablement revigorante. Un appel irrésistible à venir les contempler et à s’oublier dans les jeux de perception qu’elles déploient. 

 

Transfiguration des éléments

Les oeuvres de Crystel Ceresa évoquent ici des éléments aussi insaisissables que fascinants tels que la lumière, l’eau ou l’air. Les similitudes entre les aspect d’objets cosmiques et terrestres tels que les météores et les coraux, ou les remous de l’eau et les nébuleuses, apparaissent ici comme l’écho d’un lien nous unissant à l’infini. Ce sentiment de faire partie d’un tout, d’appartenir à quelque chose qui nous dépasse et nous transcende se ressent. De la même manière qu’on se laisserait envoûter par l’écoulement d’une cascade, les “aurores boréales” de l’artiste nous invitent à la méditation. Nous ne sommes pas face à des contours nets et précis, mais à des traces qui semblent aussi éphémères et insaisissables que nos existences. A proximité, une délicate orchidée semble avoir été capturée sur la toile alors qu’elle s’évaporait dans le cosmos. Douceur, fragilité et délicatesse infinie en émane. Le petit, le grand, la vie, la mort, les traces que l’on laisse, le destin… Tout en douceur, ces oeuvres nous convient à la méditation et nous enveloppent d’une aura apaisante.

Vibrations parallèles

Les oeuvres de Daniel Orson Ybarra semblent provenir d’une galaxie toute proche, voire parallèle. Il nous semble percevoir, à travers les lignes peintes, les mirages d’une autre réalité. Avec générosité, l’artiste nous explique son cheminement créatif. Tout commence alors qu’il décide de s’isoler plusieurs jours dans son atelier afin de se consacrer exclusivement à son art. Une expérience comparable à une retraite méditative: se déconnecter du reste du monde pour explorer pleinement celui, non moins riche, du subconscient. Entièrement absorbé par son travail, il peint sans relâche. Très vite, ses créations métamorphosent son environnement. Les tonalités et motifs qu’il travaille le poursuivent dans ses rêves: des lignes, des formes et des couleurs qui le mènent à l’aboutissement d’un processus. Il obtient des images si précises qu’il entreprend de les concrétiser dès son réveil. Par coups de pinceaux, l’oeuvre rêvée se matérialise sur la toile. S’ensuit d’autres pièces.

Constituées de plusieurs couches, elles stimulent une illusion de profondeur. Sur le fond, des motifs organiques rappellent des branches d’arbres ou autres végétaux. Ceux-ci sont recouverts d’un enchevêtrement de lignes verticales de couleurs vives, donnant à l’observateur l’impression de plonger dans une autre dimension. Cerise sur le gâteau: composés de pigments phosphorescents, ces créations s’habillent d’un tout autre éclat dans l’obscurité, soulignant leur origines oniriques… Issues de ce dialogue entre le réel et l’irréel, ces toiles jouent avec nos perceptions en instillant énergie et bien-être par leurs couleurs rayonnantes.

L’exposition est ouverte jusqu’au 30 septembre à Montreux.
Pour ceux qui ne pourraient se déplacer, la galerie Marthaler propose une visite virtuelle sur son site web.

Together We Shine Brighter
Crystel Ceresa et Daniel Orson Ybarra
du 3 au 30 septembre 2020
Laurent Marthaler Contemporary

Grand Boréal, Crystel Ceresa, 2020

 

Epiphany 21, Daniel Orson Ybarra, 2020
Epiphany 6, Daniel Orson Ybarra, 2020
Meteor 3, Crystel Ceresa, 2020
Black Iris, Crystel Ceresa, 2020

Partagez cet article:

Plus d’articles

A table! (Part 4) Petits pois carottes

A table! (Part 4) Petits pois carottes

Quand les arts de la table s’invitent chez les artistes, la vaisselle s’accumule, on dîne verticalement, la soupe industrielle devient mythique et les bananes se changent en or. De Daniel Spoerri à Subodh Gupta, tour d’horizon des créations les plus mémorables. A table!

La prolongation de l’instant

La prolongation de l’instant

En mêlant sculptures, installations et vidéos, l’artiste japonais Taro Izumi imagine des oeuvres aux formes diverses repoussant parfois les frontières de l’absurde. Avec son ton malicieux, l’artiste décrypte notre société en de jouant ses codes fortement liés à l’image.

L’amour sauvera le monde

L’amour sauvera le monde

Dans ce climat hostile, où l’avenir semble incertain, il n’y a que l’amour qui puisse sauver le monde. L’amour, sous ses formes les plus diverses, incarnées par l’art et la création, pour ne pas paraphraser Dostoïvsky. Avec cette exposition, la galerie C nous invite à redécouvrir l’amour sous sa forme originelle.