A table! (Part 3) Tube digestif

par 25 juin 2020Art contemporain

Quand les arts de la table s’invitent chez les artistes, la vaisselle s’accumule, on dîne verticalement, la soupe industrielle devient mythique et les bananes se changent en or. De Daniel Spoerri à Subodh Gupta, tour d’horizon des créations les plus mémorables. A table!

Lorsque la gastronomie française est destinée à nourrir une machine, Wim Delvoye n’est pas loin. En 2000 est présenté pour la première fois Cloaca, une bien curieuse machine digestive de 12 mètres de long au musée d’art contemporain d’Anvers. Créée par l’artiste belge Wim Delvoye, la machine a pour but de reproduire bio-chimiquement à l’identique la matière fécale humaine. Elle est composée de six cloches de verre, contenant des sucs pancréatiques, des bactéries, des enzymes et des acides digérant jusqu’à deux repas par jour. S’inspirant de Merde d’artiste de Piero Manzoni, étrons de l’artiste italien vendu au prix d’or, Wim Delvoye va plus loin en rendant chercheurs et chefs étoilés  complices de son oeuvre! En effet, il s’est entouré de plusieurs scientifiques et ingénieurs pour la concevoir. Lorsqu’il est présenté à Lyon, le tube digestif a le privilège d’être notamment nourri par les mets ultra-raffinés de Christian Têtedoie, sacré meilleur ouvrier de France en 1996. Avec cette collaboration, Wim Delvoye semble donner un nouvel usage à l’expression ”Donner de la confiture aux cochons”. L’animal est d’ailleurs récurrent chez l’artiste: présent dans Art Farm (2003-2010), il subit même des tatouages dans Tattoued pigs (2005-2010). Mais revenons à la machine: bien qu’ayant attisé la curiosité de nombreuses personnes, elle est considérée comme scandaleuse par certains. L’oeuvre illustre le sytème digestif de l’homme – sujet plutôt tabou – et insinue que nous sommes avant tout et surtout une machine à excréments. C’est la machine à manger imaginée par Charlie Chaplin dans Les temps modernes qui lui a inspiré Cloaca. En créant un appareil à première vue inutile, il critique ainsi le marché de l’art et l’absurdité de la société de consommation. Chose paradoxale: ce sont souvent les artistes les plus valorisés par le système qui le dénoncent le plus. L’artiste ne s’arrête pas en aussi bon chemin: 200 crottes mises sous vide estampillées sous le logo Cloaca (mix entre celui de Ford et Coca Cola) sont vendus sur internet 1’000 dollars pièce. Suite au succès de cette première version, neuf autres machines voient le jour et l’artiste crée même un Wim Shop où l’on peut acheter des produits dérivé de Cloaca, allant du papier toilette au Livre.

Partagez cet article:

Plus d’articles

Together We Shine Brighter

Together We Shine Brighter

Dans une harmonie de couleurs chatoyantes, les motifs évanescents de Crystel Ceresa répondent aux tracés vibrants de Daniel Orson Ybarra, transportant l’observateur dans un monde onirique.
La première émotion ressentie en découvrant l’accrochage dans la galerie Marthaler est empreinte de bien-être, de positivité et, en cette période particulièrement trouble, inutile de préciser à quel point on en a besoin!

Pause café

Pause café

A l’heure où l’Europe sortait de son confinement en début d’été, il ne fut jamais aussi bon de se retrouver autour d’un café. Le café, à la fois breuvage et lieu de partage, est fortement ancré dans notre culture. D’ailleurs, cette tradition est chère à la fondatrice de la galerie Gowen Contemporary, Laura Gowen. L’exposition Autour d’un café aborde ce thème bien au delà de son sens littéral. Quand les artistes s’ en emparent, chacun l’éclaire d’une lumière différente.

Women at work

Women at work

Ali Kazma présente sa première exposition thématique — et quel thème: WOMEN AT WORK. Ali Kazma estime que le moment est venu de reconsidérer ses/nos positions par rapport à la thématique des genres et de réfléchir à cette réalité de manière pro-active. Une exposition engagée à découvrir à la galerie Analix Forever.